Peur – Thierry Serfaty

Peur - TS

L’histoire : Un jeune homme se fait dévorer par des fauves dans un Zoo, une femme se jette du haut d’une tour de la Défense…tout cela sous l’œil d’un photographe venu shooter le spectacle. Erick et Laura Flamand, vont devoir mener une enquête dès plus trépidante au cœur du monde des phobiques, tout en essayant de concilier leur vie de couple !

 

Montagne Sainte-Victoire-Provence

À la fin de ma lecture de La Nuit Interdite, c’était une évidence que j’allais me précipiter sur la suite de la série consacrée à la pyramide mentale. C’est donc à la peur, sous toutes ses formes, ainsi qu’à ses conséquences sur l’être humain, que le lecteur va être confronté dans ce deuxième opus des aventures du commissaire Flamand et de son équipe. Bon, j’avoue, j’ai été déstabilisée dès les premières pages par la violence, mais en même temps, un crime perpétré dans un Zoo par des fauves, évidemment cela fait des dégâts…et puis, cela m’apprendra à commencer un thriller à 2h30 du matin… rassurez-vous, cela ne m’a pas empêchée de poursuivre ma lecture quelques heures plus tard, car le rythme soutenu et les nombreuses questions que je commençais à me poser, ne pouvaient qu’éveiller ma curiosité quant à ces « suicides » mystérieux, et je savais que l’histoire allait tenir toutes ses promesses, c’était une évidence. Donc, revenons à ce deuxième livre qui fait partie du cycle de la pyramide mentale. Je vous rappelle, pour ceux qui n’étaient pas présents lors de l’épisode précédent, que le premier tome était consacré au sommeil, celui-ci l’est à la peur, le troisième à la douleur et le dernier au désir. D’abord, je suis super contente car dans ce livre on retrouve certains personnages de La Nuit interdite, et pas des moindres ! je m’étais attachée à tous, bien sûr, mais surtout à deux personnages, laissés à la fin du livre dans la peine et la douleur, mais qui 7 ans plus tard, on construit une famille autour de Léa, petite fille fragile dont la vie a déjà été brisée. Donc, un de mes voeux s’est réalisé, j’adore les histoires d’amour même si celle-ci est assez compliquée, tout comme celle qui se construit entre Erick (le torturé) et Laura (la volcanique). On en apprend d’ailleurs un peu plus sur le parcours de chacun, ce qui peut donner quelques inquiétudes supplémentaires pour leur futur. L’intrigue, quant à elle, est une fois de plus très prenante, puisqu’après avoir bien installé le décor, l’auteur fait prendre à l’histoire un rythme de plus en plus intense, faisant naviguer ses personnages entre Paris et le Sud de la France pour faire progresser l’enquête dans le domaine complexe de la peur. Ce sentiment, tout comme le sommeil dans le livre précèdent, se révèle sous la plume de Thierry Serfaty toujours aussi fascinant, surprenant et enrichissant. Avec sa palette d’écriture, il fait le grand écart, mélangeant habilement violence parfois extrême, émotion et sensualité…Ce livre réunit plusieurs histoires : d’amitié, d’amour, mais ne vous y trompez pas, vous avez bien le thème principal du thriller en fil rouge qui est plus que présent . Les éléments régulièrement apportés donnent les petits ressorts indispensables pour que le lecteur ne s’ennuie jamais . Aucun temps mort jusque dans les dernières pages, où l’auteur nous réserve un coup de théâtre magistrale… À noter également, dans ce roman, un coup de projecteur sur Marina, le troisième pilier de l’équipe, collègue attentive et amie du couple d’enquêteurs qui se trouve être une véritable mère poule, mais surtout une femme très courageuse.

Voilà donc une exploration de l’être humain passionnante.

Pour finir, je vous laisse avec ces quelques phrases (parmi tant d’autres) issues de dialogues savoureux, notées au fur et à mesure de ma lecture :

« – Normal, répondit Erick, quand une femme les impressionne, les mecs deviennent cons – ou s’en vont en courant. Ça revient au même d’ailleurs. »

« – Des phrases, mon amour. Sujet, verbe, complément. Tu peux y arriver, j’en suis certaine. »

« – Parce qu’on est à la Préfecture de police et qu’a priori on s’assoit à son bureau, sur une chaise, pas sur les genoux du commissaire ».

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 30 Août 2010

© Les Chroniques de Mlv Décembre 2012

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s