Le secret des éternels – Eli Anderson

OP3 couverture

L’histoire : Oscar grandit et tombe amoureux alors qu’un nouveau grand voyage l’attend, celui dans l’Univers d’Embrye, et qu’une mission de la plus haute importance lui a été confiée…Des rues de Babylon Heights à Paris, où La Tour Eiffel et le splendide Musée du Louvre attendent notre héros et ses amis, voici un nouveau voyage toujours aussi captivant et encore plus émouvant dans l’univers des Médicus…

 

Cher Oscar,

Depuis le début de ma lecture, je me suis demandée comment j’allais pouvoir partager -car déjà je savais que ta troisième aventure m’enchantait- toutes ces émotions survenues dès le début de ma lecture…et qui ne m’ont pas quittées pendant les 606 pages de ce troisième voyage, qui se révèle émotionnellement très intense aussi bien pour toi que pour nous. Puis, l’idée m’est venue de t’écrire cette lettre, commencée alors que je n’étais arrivée qu’à la page 80…

Comment donner envie à tout ceux qui ne te connaissent pas encore de lire tes fabuleux voyages intérieurs ?…Comment décrire les émotions que me procurent la lecture de tes aventures ?…Oui, je le reconnais, si je suis venue vers toi lors de ta première aventure, c’est grâce à la lecture de deux billets ici et là et je dois te l’avouer, aussi parce qu’on te comparait au petit sorcier anglais, mais si ! tu sais… un certain Harry…Potter, je crois … Mais je n’aime pas les comparaisons… alors je te dirai simplement que pour moi votre ressemblance s’arrête au fait que vous soyez deux petits garçons. J’ai bien sûr craqué devant ta frimousse dès les premières lignes de ton voyage en Hepatolia, et ton deuxième voyage dans l’Univers des Deux Royaumes a confirmé mon engouement pour ton Monde et tes aventures. Aujourd’hui, alors que tu découvres Embrye, je constate que tu as bien grandi, et acceptes, comme tu le peux, certains choix d’adultes, notamment celui de ta maman envers Barry… Mais tu t’affirmes également, alors bien sûr, tu fais des erreurs -mais crois-moi, les adultes en font aussi- même malgré eux quelquefois… Je te dirai simplement que chaque décision prise avec le coeur peut se réveler douloureuse, parfois, mais garde espoir, cela peut aussi t’amener vers de belles surprises, comme seule la vie peut en réserver, de temps en temps …

Je te rends donc à ton papa de plume, toujours aussi créatif, qui nous a donné un véritable joyau de tendresse et d’émotion à travers ce troisième opus, en nous montrant un Univers, où les paysages et les noms associés à ce que tu découvres ont des sonorités joyeuses et des couleurs époustouflantes. J’attends déjà ton prochain voyage avec impatience, mais pour l’instant, je sais qu’il te faut te reposer et te remettre des nombreuses péripéties survenues pendant ce voyage dans l’Univers d’Embrye…ainsi que trouver la force d’attendre que les portes de Cumides Circle s’ouvrent… car elles s’ouvriront à nouveau, c’est certain !

Permets-moi de terminer cette lettre en t’embrassant, comme une grande sœur (oui 😉 je sais…inutile de me rappeler que j’ai aussi l’âge d’être ta mère 😉

A très bientôt…

Valérie 🙂

NB : Transmets le bonjour à Violette, Valentine, Lawrence, Barth, Ayden et Jeremy. Enfin, sois patient (…et c’est moi qui te dit cela…), j’espère, comme toi et Violette, que ta maman va finir par regarder Alistair. Quant à Louise…laisse faire le temps…

 

Le site Oscar Pill

Le Slog d’Eli Anderson

Extrait page 25 :

« ….

– Pas de problème, estima Jeremy. Je suis parfait, depuis ma naissance. Alors la dernière année, vous pensez, j’ai été au sommet de mon talent ! « 

Extrait page 168 :

« …

– Les balais-brosses, c’est fait pour balayer les déchets, dit-il avec un regard furieux. »

Extrait page 212 :

« …

– Barth, on peut admirer quelqu’un pour ce qu’il fait, et aimer un autre pour ce qu’il est. »

Extrait page 561 :

« …

– Comment on peut dire des choses qu’on ne pense pas ? demanda la jeune fille, désemparée. Il m’arrive de ne pas dire les choses que je pense, et c’est déjà si dur, parfois… »

Extrait page 568 :

« …

– Pourquoi tu pleures ?

– C’est juste un petit reste de tout à l’heure dans un coin de mes yeux. Comme ça, si tu m’embrasses comme les gens qui s’aiment, il ne me restera plus que du bonheur. »

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 15 Novembre 2010

© Les Chroniques de Mlv 13 Novembre 2012

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s