DANS L’UNIVERS… D’ELI ANDERSON !

OP3 couverture
Parce qu’il y a des univers qui interpellent, et dans lesquels on se sent bien dès le début de la lecture, et qu’arrivée à la fin du livre, cette impression est confirmée…j’ai souhaité en connaître d’avantage sur l’univers d’Eli Anderson*, le papa d’Oscar Pill, (saga publiée aux Editions Albin Michel Jeunesse dont le tome 3, Le Secret des Eternels sort le Mercredi 27 Octobre) qui a accepté spontanément de répondre à quelques questions…Oui, bon, au départ je n’en avais prévu que 5 ;)… Je vous laisse donc découvrir les réponses d’un auteur sincère, généreux et…indulgent devant le nombre de questions !  

Ma librairie virtuelle: Comment et pourquoi le médecin que vous étiez est-il devenu écrivain ?

Eli Anderson : je ne crois pas que ce soit incompatible, ou que la rupture soit brutale entre les deux voies. La médecine me passionnait, mais elle était très codifiée ; c’est dur, quand on est aussi un rêveur. J’ai décidé d’écrire le jour où j’ai voulu explorer le corps sous un autre angle que la science.

 

Mlv: Comment de l’écriture de thrillers en êtes-vous arrivé à écrire un roman jeunesse ?

E. A.: Le médecin et le policier sont assez proches, au fond : ils mènent tous les deux une enquête sur le même mode. Le thriller a été ma première façon d’aller sur des chemins de traverse, d’explorer des territoires qu’on ne m’avait jamais enseignés à la faculté pour la bonne raison qu’on ne les connaît pas bien : le sommeil, le secret de la personnalité, des émotions… Mais il y a une chose que le monde du roman adulte ne me permettait pas : donner forme à mes rêves d’enfance. J’étais (et le suis toujours !!) convaincu que le corps était fait d’univers fascinants, avec des décors à couper le souffle, des peuples magiques, des éléments déchainés, et la médecine et le thriller ne me l’offraient pas ; je suis allé le chercher dans le roman jeunesse, avec un plaisir extraordinaire.

 

Mlv: Depuis combien de temps le projet « Oscar Pill » existe-t-il ? et qu’est-ce qui vous a donné envie de l’écrire ?

E. A.: Oscar est né dans ma tête il y a treize ans, lorsque j’ai commencé à soigner des ados qui ne me semblaient pas toujours à l’aise dans leurs baskets… et dans leur corps, surtout ! ils avaient des tonnes de questions à me poser sur ce corps, surtout le corps qui change à l’adolescence, les mystères de la sexualité, des émotions, bref, toutes les questions qu’on n’ose pas poser pas à la maison… Oscar est né de cela. Offrir un univers fait d’aventure, de magie et d’amour, pour se sentir bien dans un corps décomplexé, réinventé.

 

Mlv: Avez-vous attendu longtemps avant de le proposer à un éditeur ?

E. A. : Une éternité ! en fait, j’ai surtout attendu pour l’écrire. Je l’ai laissé grandir, mûrir, et un jour, il m’a semblé urgent, impérieux de le faire vivre. C’était en 2008. J’ai alors tout arrêté, comme si tout devenait accessoire par rapport à ce projet, et je me suis vraiment lancé à corps perdu ( ! ) dans ce projet.

 

Mlv: Ce projet, s’il existait de longue date (avant la parution des thrillers), est-il un aboutissement pour l’auteur que vous êtes, et les deux auteurs vont-ils continuer à coexister en se cédant régulièrement la place afin que chacun puisse travailler ?

E. A.: Je n’ai jamais écrit de livre en attendant de pouvoir en écrire un autre ; j’ai toujours beaucoup de plaisir à écrire dans les deux genres, et je n’ai pas du tout l’intention de renoncer à l’un ou l’autre, bien au contraire. Tant que mes lectrices et lecteurs me feront l’honneur de me lire, je continuerai à me faire plaisir. Il est vrai que je suis devenu un peu schizo, et selon les moments et les circonstances, c’est un auteur qui prend le dessus sur l’autre, mais pas de problème, tout le monde cohabite bien dans ma p’tite tête ! 😉

 

Mlv: Dans une interview au site Polars Pourpres, Thierry Serfaty dit qu’il a toujours 5 ou 6 romans d’avance en tête, et vous ? Pensez-vous à l’après Oscar Pill, y a-t-il déjà un autre projet jeunesse ?

E. A.: C’est mon grand drame : j’aimerais tellement écrire vite et bien, pour pouvoir me lancer dans tout ce qui mijote en moi, mais voilà, j’ai compris depuis bien longtemps que ce n’est pas parce qu’on a l’immense chance de faire ce qu’on aime qu’il n’est pas nécessaire de beaucoup travailler et de prendre son temps pour bien faire. Et puis, prendre son temps et faire de son mieux, on le doit à ses lectrices et ses lecteurs, donc je me fais une raison et je note mes projets au fur et à mesure qu’ils me viennent… et les abandonne parfois en route. Et oui, il y a deux projets après Oscar, mais pour l’instant, je suis tout à lui !

 

Mlv: Pourquoi le prénom Oscar ? et d’où vient le nom Pill ?

E. A.: Oscar ? je ne sais pas, c’est un peu comme ça, avec les prénoms et les noms de mes héros : ils me viennent, au hasard d’une rencontre, d’une lecture, d’un souvenir qui émerge, même flou. Il faut que cela résonne bien en moi, par rapport à l’idée que je me suis faite de mon héros ; je me répète le nom et si ça « colle », eh bien c’est adopté !

 

Mlv: Est-ce qu’Oscar c’est le petit garçon que vous rêviez d’être à 12 ans ?

E. A.: Mieux : Oscar est même le médecin que j’aurais voulu être à 30 ans, je crois ! Aller là où personne ne va, un explorateur avec de fabuleux pouvoirs…

 

Mlv: Ou vous êtes-vous inspiré de vous enfant, pour imaginer Oscar Pill ?

E. A.: Non, je ne me suis pas inspiré de ma vie ; d’ailleurs, je n’identifie jamais clairement mes sources d’inspiration. Je crois qu’on est des éponges imbibées de tout ce qui nous entoure, et qu’on puise progressivement dans les choses qui font écho en nous.

 

Mlv: Toute l’histoire est-elle écrite jusqu’au tome 5 ou simplement le canevas ?

E. A.: J’entame bientôt le tome 4 en détail, qui sera d’ailleurs travaillé avec le tome 5, en continuité, parce qu’ils sont étroitement liés. Cela dit, un canevas des cinq tomes était tracé dès le début, jusqu’au dénouement, parce que j’en ai besoin pour savoir où je vais, pour qu’il y ait une cohérence globale et que certains éléments, même anodins, des premiers tomes puissent prendre un tout autre sens à la lumière des suivants.

 

Mlv: Vous avez une imagination débordante ! Faites-vous des plans, des dessins des différents univers, des peuples…etc

E. A.: je suis un OBSESSIONNEL des plans, que j’écris et réécris mille fois avant de les mettre sous feuillets plastifiés, puis je les suis religieusement. J’en ai terriblement besoin, pour la cohérence d’abord, une fois de plus, mais aussi pour ne plus être parasité par la structure du roman et pouvoir me concentrer sur l’écriture et les émotions.

 

Mlv: J’ai complètement craqué, comme beaucoup de lecteurs (trices) devant la bibliothèque de Cumides Circle, comment l’avez-vous imaginée ? Vous êtes-vous inspiré d’une demeure en particulier et où se trouve t-elle… ?

E. A.: La bibliothèque de Cumides Circle existe à l’identique… dans ma tête, et depuis tout petit ! j’ai toujours eu un rapport intense et très « animé » avec les livres, et tout m’est alors venu très naturellement.

 

Mlv: Même question pour Cumides Circle ? Vous êtes-vous inspiré d’un lieu précis ?

E. A.: Cumides Circle est un patchwork de demeures new-yorkaises début 20ème , avec un côté Art déco ; je voulais en tout cas sortir du cliché « manoir »…

 

Mlv: Pourquoi avoir choisi une ville, et un environnement anglo-saxon ?

E. A.: Parce qu’il me semble que là-bas, tout est possible (le pire aussi, d’ailleurs…). Et puis je rêvais d’un environnement hétéroclite et coloré, comme Babylon Heights, le quartier où vit Oscar et les siens, et l’Amérique en est l’incarnation, pour moi

 

Mlv: Dans le tome 1 les thèmes abordés étaient La différence, la perte d’un parent, dans le tome 2, il y avait celui du travail du deuil, de la maladie (père d’Alistair) et de la prévention (Leonid fume et boit). Dans ce tome 3, Oscar va aller dans l’univers d’Embrye, que va lui réserver ce voyage ? Et quels thèmes seront abordés ?

E. A.: Mais Valérie vous voulez que je tue le suspense !! Ce que je peux vous dire, c’est que tout le monde a grandi, mûri, et qu’il s’agit d’un tournant essentiel de la saga, parce que des changements se produisent à l’extérieur, mais aussi dans les univers intérieurs… Un bouleversement majeur intervient dans la vie d’ado d’Oscar : pour la première fois, il est vraiment amoureux, et va devoir faire des choix terribles, parce qu’il est condamné à être un héros. Il va aussi découvrir un Univers d’autant plus passionnant qu’il fait écho à des mutations d’un ado de 14 ans ; Embrye est l’univers de la sexualité et de la reproduction. Enfin, Oscar le Médicus va devoir affronter les Pathologus qui se battent maintenant à découvert, au grand jour. Et puis… c’est tout, parce que sinon, je vais finir par révéler trop de choses !

 

Mlv: Le rôle de Violette, même si elle n’est pas une Médicus, va-t-il prendre de l’importance dans les tomes suivants ?

E. A.: Ah, ceux qui aiment Violette – et si j’ai bien compris, peu ne l’aiment pas – vont être servis, dans ce tome 3 puis dans les suivants. Elle a grandi sans perdre son extravagance et sa poésie, finalement, et devient un personnage capital. Mais non, je n’en dis pas plus, n’insistez pas…

 

Mlv: Oscar Pill, est-ce un moyen de parler (tout en dédramatisant) de la maladie aux enfants ? Est-ce un moyen d’expliquer que le corps humain est une machine qui peut avoir des défaillances, quelquefois.

E. A.: Oscar est là avant tout pour prendre la main des jeunes et des plus grands, et pour les emmener dans un corps comme on ne l’a jamais vu et y vivre des aventures palpitantes, amour, amitié, trahison, dans un contexte féérique. Bref, réinventer un corps qui n’est pas tout puissant, certes, mais qui ne fait plus peur, et qui fait rêver, dans lequel on se sent bien, enfin.

 

Mlv: En ces temps où chaque épopée littéraire (Harry Potter, Twilight …) arrive sur grand écran avec une qualité inégale, parfois, et son lot de produits dérivés, avez-vous également ce projet pour les aventures d’Oscar Pill ? Avez-vous déjà été contacté ?

E. A.: Je sais que le monde (LES mondeS !) d’Oscar est (sont) très visuel(s), même cinématographique(s), et on envisage une transposition à l’écran, mais cela demanderait beaucoup, beaucoup de moyens… Il n’y a donc rien de concret pour l’instant, mais bien sûr, si le projet prenait forme, nous fêterions cela ! Vous avez raison : la qualité des adaptations est inégale, mais il faut accepter le jeu ; les réalisateurs et les scénaristes doivent s’approprier une œuvre pour en faire leur propre création qui vit indépendamment des livres qui l’ont inspirée. Si c’est aussi plaisant que le livre, tant mieux, si c’est moins bien, ça ne déprécie en rien l’œuvre littéraire initiale ; ce ne sera qu’un mauvais film.

 

Mlv: Pouvez-vous nous décrire une journée de travail ?

E. A.: Une journée de travail ? depuis le début de l’écriture d’Oscar, ça se résume à écrire, écrire, écrire…

Et en détail, ça donne ça : je me réveille vers 7H30 (sauf si je me suis laissé emporter par l’écriture la veille au soir et que je me suis couché à « pas d’heure »), douche incontournable pour me réveiller et copieux petit déjeuner (ça, personne ne peut me l’enlever), séance de jeu avec mon assistante Violette, décidément plus portée sur les bouts de ficelle ou souris en peluche que sur le boulot, puis écriture jusqu’à 13 h. Ensuite, sport, déjeuner rapide et remise au travail jusqu’à 19h ou 20h, parfois plus. Mais rien de figé, en fait, et les étapes de l’écriture peuvent tout chambouler, selon qu’il s’agit de l’écriture pure, de la relecture, de la correction, etc. J’ai souvent des crises de travail nocturne, qui peuvent me maintenir éveillé jusqu’à 6 h du matin, et qui bouleversent un peu le programme.

 

Mlv: Que fait Eli Anderson lorsqu’il n’écrit pas ? Quel lecteur est-il ?

E. A.: Lorsque je n’écris pas, je lis (beaucoup), je nage (j’adore), je cuisine (j’aime, mes invités aiment moins…), je fais du ménage (mon activité préférée, sans concurrence possible), je vois des amis et ma famille – qui compte beaucoup pour moi -, j’écoute de la musique. Mes lectures ? de la littérature généraliste, j’ai besoin de ressentir des émotions ou d’être emporté. Et, bien sur, très peu de thrillers, et de rares livres jeunesse : pour ne pas avoir à comparer ! Enfin pour me détendre et piocher de bonnes idées lecture, je file sur un blog formidable, animé par une fille formidable : Ma librairie virtuelle. Vous connaissez ? Non ? Je vous le recommande…

 

Voilà, j’espère que comme moi, vous aurez apprécié ce moment privilégié, passé en compagnie d’un homme attachant, que je remercie à nouveau pour le temps qu’il a consacré à ce questionnaire, et pour m’avoir permis de réaliser ma première interview…

*Eli Anderson signe sous son vrai nom : Thierry Serfaty, des thrillers et avant d’écrire, il était médecin.

Le Slog D’Eli Anderson

Le site consacré à Oscar Pill

Billet sur Oscar Pill Tome 1 La révélation des Médicus

Billet sur Oscar Pill Tome 2 Les Deux Royaumes

 

Le blog de Thierry Serfaty

*Agônia, l’avant-dernier tome du cycle de la pyramide mentale est sorti aux éditions J’ai Lu le 1er septembre dernier.

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 18 octobre 2010

© Les Chroniques de Mlv 12 Novembre 2012

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s