Un mercredi avec…Georgia Caldera !

Après Les Larmes Rouges, la romancière GeorgiaCaldera a séduit son lectorat avec Hors de portée, une romance contemporaine. C’est un plaisir de la recevoir sur Les Chroniques de Mlv,  à l’occasion de la sortie -aujourd’hui- du premier opus de son troisième ouvrage : Victorian FantasyDentelle et nécromancie, auxEditions J’AI LU.  Rencontre avec une romancière fort sympathique !

 Photo: droits réservés Georgia Caldera

Les Chroniques de Mlv : Bonjour Georgia, et merci d’avoir accepté l’invitation des Chroniques de Mlv. Tout d’abord, peux-tu nous dire comment une étudiante en art-thérapie devient romancière ?

Georgia Caldera : Bonjour et merci à toi pour cette interview.

J’ai toujours écrit, depuis que je sais lire, je crois. C’est à l’époque où j’étais à la fac que j’ai eu l’idée de l’histoire des Larmes Rouges. J’ai écrit la trame du récit, qui s’est étoffée au fur et à mesure, ainsi que les trente premières pages du tome 1. Et puis, j’ai dû arrêter, faute de temps. Ce n’est qu’après l’obtention de mon diplôme d’Art-thérapeute que j’ai pu m’y remettre sérieusement et depuis, je n’ai plus jamais cessé d’écrire (et ce n’est pas prévu, de toute façon ^^).

Les Chroniques de Mlv : Ton premier roman –Les Larmes Rouges- se déroule dans un univers sombre, bien différent de Hors de portée. Où puises-tu ton inspiration ?

Georgia Caldera : J’ai de nombreuses sources d’inspiration. Je la puise dans tout un tas de choses, cela va d’événements de la vie quotidienne aux films que je regarde ou aux livres que je lis. Je suis une grande amatrice de fantastique et fan absolue d’Anne Rice. Aussi, il me paraissait tout naturel de commencer mon parcours d’auteur avec une saga vampirique, à l’ambiance sombre, bien entendu.   Ce n’est que par la suite, après avoir appréhendé ce genre littéraire en tant que lectrice, que j’ai eu envie de me lancer également dans la romance contemporaine. Dans Hors de Portée, le ton est évidemment plus léger que dans Les Larmes Rouges, il y a même de l’humour, ce qu’il n’y avait quasiment pas dans mes précédents écrits, mais on y retrouve les thématiques qui me sont chères, à savoir des héros torturés, au lourd passé, et une relation, entre les deux personnages principaux, assez complexe et passionnée.

Les Chroniques de Mlv : Tout comme Les Larmes RougesHors de portée a remporté un joli succès, as-tu d’autres projets de romance contemporaine ?

Georgia Caldera : En effet, j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cette première romance contemporaine et j’ai très rapidement eu envie de poursuivre dans cette voie et de développer certains personnages secondaires de Hors de Portée.  Il y aura donc un tome 2, Hors de Question, puis un tome 3, Hors de Propos, dans lesquels, bien qu’ils n’en soient plus les héros, nous recroiserons Aidan et Scarlett. Ces prochains tomes se concentreront donc sur d’autres personnages, rencontrés durant le premier opus (mais je n’en dirai pas davantage pour le moment…) et pourront très bien se lire indépendamment les uns des autres.

Les Chroniques de Mlv : Peux-tu nous présenter la série Victorian Fantasy ? dont le tome 1, dentelle et nécromancie, paraît aujourd’hui,  aux Editions J’AI LU.

Georgia Caldera : Victorian Fantasy est une série qui pourrait s’apparenter à de la romance paranormale, dans la mesure où chaque tome verra un couple de personnages possédant des pouvoirs magiques se former, sans en être vraiment, puisqu’elle a lieu dans un univers alternatif pseudo-victorien, avec une petite touche de steampunk, pour l’ambiance. 😉

Dans le premier opus, Dentelle et Nécromancie, on suit Andraste, qui, après avoir toujours vécu recluse pour de mystérieuses raisons au coven des sorcières Coldfield, est convoquée par la reine à la cour, et Thadeus, héritier des Blackmorgan, l’une des plus puissantes familles de nécromanciens du royaume. Leur rencontre va bouleverser à jamais leur destin…

Les Chroniques de Mlv : Écrire de la romance est un exercice difficile, car il y a de nombreuses offres littéraires. Existe-t-il des codes particuliers pour écrire dans ce registre ?

Georgia Caldera : Il y adifférentes sous-catégories dans la romance, comme la romance contemporaine, bien sûr, la romance érotique, la romance historique, la romance paranormale, etc… Chacune possède des codes bien précis, mais assez simples finalement, sur lesquels je me suis appuyée, notamment pour Hors de Portée. Ces codes varient en fonction des modes. Par exemple, aujourd’hui, il est nettement plus courant, dans à peu près tous les genres de romances, de suivre les personnages principaux jusqu’à la chambre à coucher, qu’il y a quelques années. Ces scènes s’intègrent pleinement au récit et participent à faire évoluer la relation entre les héros.

Les Chroniques de Mlv : Dans une de tes interviews précédentes, tu précises que même lorsque tu ne sors pas de chez toi, tu prends soin de tes tenues. Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton choix vestimentaire ?

Georgia Caldera : Je suis une grande amatrice de mode alternative. J’aime ce qui sort de l’ordinaire et qui donne du caractère à une tenue. Il est vrai que même chez moi, vous ne me croiserez jamais en jogging (déjà parce que je n’en possède pas), ni même en pantalon ^^

Les Chroniques de Mlv : Peux-tu nous décrire une journée de travail ? As-tu des porte-bonheur, ou bien un endroit fétiche pour travailler ?

Georgia Caldera : J’ai pour règle de rester derrière mon pc, mon fichier texte ouvert, au moins huit heures par jour. Je n’écris pas non-stop toute la journée, ce temps comprend aussi celui de la réflexion, mais c’est ainsi que je fonctionne. Ensuite, pour réfléchir à certaines scènes un peu complexes, j’aime marcher en forêt, en écoutant de la musique, souvent appropriée à l’humeur de mes personnages ou bien à l’ambiance du récit. Pour Les Larmes Rouges, je me passais en boucle les albums de Lacrimosa, mon groupe gothique favori, ainsi que la Black Symphony de Within Temptation. Pour Victorian Fantasy, j’ai beaucoup écouté l’album Naphtaline de Ez3kiel, ainsi que 30 Seconds to Mars. Et enfin, quand j’écrivais Hors de Portée, c’était plutôt Evanescence, mais également London Grammar et Lana Del Rey, des groupes que j’ai découvert à cette période ^^

Les Chroniques de Mlv : Une dernière question : lorsque tu n’écris pas, que fais-tu pour te ressourcer ?

Georgia Caldera : Je lis énormément, c’est ma deuxième passion, après l’écriture, je pense que cela va de pair. Mais je ne suis pas que livrophage, je suis aussi sérivore et cinéphile… Et, j’adore également dessiner, ce qui, surtout pour Les Larmes Rouges, m’a beaucoup servi pour construire mes récits et donner corps à mes personnages.

Je remercie Georgia Caldera pour sa disponibilité, et ses réponses, et vous invite à découvrir ses romans !

Son site est  ICI, ses pages Facebook ici, et . Enfin, voici une très jolie vidéo pour présenter l’univers deVictorian Fantasy ICI.

© Les Chroniques de Mlv – 10-09-2014

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s