Nuit de septembre – Angélique Villeneuve

Nuit de septembre AV

C’est avec beaucoup de pudeur qu’Angélique Villeneuve nous conte son histoire, celle d’une mère face à la souffrance, au chagrin, au  deuil, à l’incompréhension du geste de son fils.

Ne pas juger son fils, décrire la vie «d’après»,  offrir avec ce récit  une place à cette mère que la  langue française ne nomme pas, à celle qui est «orpheline d’enfant».  S’emparer avec force du pronom «tu», et laisser sa plume glisser sur le papier afin de peindre les gestes, les rencontres, les conversations ; exprimer sa douleur, mais mettre  sa souffrance à distance. C’est ainsi que j’ai ressenti ce récit.

Sur cette route de la reconstruction, de la continuité, la romancière suit le chemin de la vie, contemple les êtres, les choses, les plantes, les animaux -le chat de la maison lui offre un moment d’une beauté exceptionnelle, et poignant- pour nous montrer le monde, la beauté de l’instant, la beauté qui existe, même lorsque sa vie a basculé dans le chaos.

Un témoignage est toujours délicat. Celui-ci est rédigé avec une plume sobre, sans pathos, entraînant le lecteur dans un texte puissant, qui secoue bien longtemps après la lecture.

 © Les Chroniques de Mlv –  03-04-2016

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s