Le courage qu’il faut aux rivières – Emmanuelle Favier

Suite à un événement traumatisant survenu dans son enfance, Manushe est devenue -à l’adolescence-  une «vierge jurée» ;  une condition lui permettant de se protéger, d’être respectée,  en vivant comme un homme. Elle travaille, possède, décide. Afin d’obtenir ces droits,  elle a enterré ses attributs féminins sous un flot de vêtements masculins. Ainsi habillée, sa vie est tracée : elle promet aux anciens de ne jamais s’unir, de ne jamais fonder de foyer. Le courage qu'il faut aux rivières EFEn contant le destin de Manushe, Emmanuelle Favier signe un premier roman poétique, troublant, captivant -parfois très violent-  emportant le lecteur au cœur d’une civilisation où la femme n’a aucun droits, mais UN seul devoir : subir le sort qui lui est imposé dès son plus jeune âge.

La petite communauté des balkans basculera dans la violence, lorsque «l’étranger» Aidan (au passé tourmenté) accueilli avec bienveillance,  posera son regard perçant sur Manushe. Le lecteur, lui, ne souhaitera qu’une seule chose : la paix du corps et du cœur pour la jeune femme des balkans…

Un premier roman captivant sur le droit des femmes, la quête d’identité, la quête de soi, et le courage qu’il faut pour surmonter les obstacles les plus violents.

© Les Chroniques de Mlv – 15-09-2017

© Un livre après l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s