Un dimanche avec Jérôme Attal !

Photo Jérôme Attal pour ITW ©Mathieu Zazzo

Jérôme Attal – Photo droits réservés Mathieu Zazzo 

 

Le 2 novembre, vous pourrez découvrir la version enrichie de bonus du roman empreint de nostalgie eighties de Jérôme Attal :  «Aide-moi si tu peux» aux éditions Pocket.Aide moi si tu peux Jérôme Attal.jpg pocket

En attendant, en ce dimanche matin, c’est un rendez-vous avec Kino, le petit héros du magnifique livre-disque «Le goéland qui fait miaou» (éditions Le label dans la forêt) que je vous propose. Jérôme Attal a accepté de répondre à quelques questions quant à ce petit bijou de douceur et d’humour, issu d’un travail commun avec Constance Amiot et Sylvie Serprix, et servi par la voix de Robinson Stevenin. Le-goeland-qui-fait-miaou

Les Chroniques de Mlv : Bonjour Jérôme, comment l’aventure de «Le goéland qui fait miaou» est-elle née ?

Jérôme Attal : Bonne question. Je ne sais plus. Je suis toujours en avance sur les souvenirs. En tout cas, quand il a été question de se lancer dans une aventure d’un livre pour enfants (j’ai toujours en référence le travail admirable en la matière de Roald Dahl et de Jacques Prévert), j’ai pensé à cette anecdote à laquelle j’ai participé. Un bébé goéland qui tombe dans le jardin de mes voisins en leur absence. Et les parents goélands qui s’inquiètent et piaillent autour. Que faire ? Comment lui venir en aide ? L’histoire est partie de là….

 

Les Chroniques de Mlv Ce livre-disque est le fruit d’un travail commun avec Constance Amiot, Sylvie Serprix, ainsi qu’une équipe de musiciens. Au quotidien, avez-vous travaillé séparément, ou en partageant  vos différentes créations artistiques ?  

Jérôme Attal : Sylvie, l’illustratrice, a travaillé directement sur mon texte alors que nous ne nous étions jamais rencontrés. J’ai adoré les premiers dessins qui me sont parvenus. Leur beauté et leur inventivité. Les rebonds en poésie par rapport au texte. Avec Constance, nous avons l’habitude de faire des chansons ensemble (je lui ai donné plusieurs textes pour son projet adulte). Là encore, elle a travaillé sur les textes. J’ai le souvenir que c’est allé assez vite, et moi qui aime quand ça va vite J et suis grand fan des jolies mélodies, à chaque fois j’étais ravi et embarqué par les maquettes qu’elle m’envoyait. L’idée, c’était de faire aussi un livre disque avec des chansons qui tiennent vraiment la route. C’est elle qui s’est chargée de toute la partie musicale, l’illustration sonore, et elle a fait un boulot de dingue. Elle avait vraiment son idée et s’y est tenue. Elle voulait que ce soit pop et jazzy. J’adore le résultat très charismatique et mesure tout le travail qu’elle a dû faire, le temps qu’elle y a passé.

 

Les Chroniques de Mlv : Pour la narration de l’histoire, comment le choix s’est-il porté sur la voix de Robinson Stevenin ?   

Jérôme Attal : C’est un choix de la regrettée Danièle Molko, éditrice, qui accompagnait la carrière de Constance depuis plusieurs années et dont « Le goéland qui fait miaou » aura été le dernier projet avant qu’elle ne disparaisse. Danièle était très enthousiaste de toute cette aventure. Malheureusement, elle nous a quittés quelques semaines avant la sortie. Robinson s’est montré très volontaire vis-à-vis du projet. Son grain de voix, sa grâce et son éternelle adolescence, donnent des ailes à Kino.

 

Les Chroniques de Mlv : Ce conte va être joué sur scène. Comment ce projet est-il né ?

Jérôme Attal : Pour la scène, c’est grâce à Virginie Riche et Gommette production. Constance qui porte le spectacle avec une comédienne, Lucrèce Sassella, et son bassiste/multi instrumentiste Nicolas Deutsch, est en train de le peaufiner pour un grand tour de France des théâtres et des médiathèques qui souhaiteront le programmer.

Les Chroniques de Mlv : Du côté des romans, une nouvelle version de «Aide-moi si tu peux» sort en novembre prochain, aux Editions Pocket. Une suite à cette première aventure du duo Caglia/Sparks est-elle prévue ?

Jérôme Attal : Oui je suis bien excité par la nouvelle version Pocket de « Aide-moi si tu peux » qui sort le 2 novembre. J’ai rajouté pas mal de petits bonus, aphorismes à ma sauce, considérations définitives ou presque sur l’amour, et références aux années 80. Si le livre est un succès – car aujourd’hui seul un relatif succès permet que l’on puisse travailler davantage, du moins me commander une suite – j’adorerais écrire une nouvelle aventure du capitaine de police Stéphane Caglia. Il est tellement imprévisible et rigolo, je veux dire : il ne fait jamais dans la demi-mesure –  qu’il donne envie de l’accompagner encore. Lui et Prudence Sparks, sa partenaire anglaise. Maline et sexy. À eux deux, une sorte de : » Béret français et bottes de cuir »

 

Les Chroniques de Mlv : Peux-tu nous donner quelques informations sur le roman à paraître pour la rentrée littéraire 2018 ?

Jérôme Attal : Ce sera un grand roman. Avec pas mal de personnages de femmes libres à un moment crucial de notre temps. Il y aura le plus de poésie possible par pages. J’aimerais dire : par phrase.

 

Les Chroniques de Mlv : Je te remercie pour avoir répondu à mes questions. Pour finir,  la question rituelle : as-tu un coup de cœur littéraire, théâtral, cinématographique ou musical à partager avec nous ?

 Jérôme Attal : Ah oui, j’essaie le plus souvent possible d’avoir des coups de cœur. À vrai dire, c’est mon activité préférée, en deuze avec celle qui consiste à mettre mon cœur dans des romans ou des textes qui pourront provoquer des coups de cœur chez d’autres. En ce moment, je découvre les romans graphiques de Fred Bernard : « Les aventures de Jeanne Picquigny », c’est vraiment très beau. Je suis un méga fan du roman graphique « Blankets » de Craig Thompson, et même si Fred Bernard penche plutôt vers Corto Maltese je retrouve un même bonheur à découvrir son œuvre que j’en ai eu à lire Craig Thompson. Sinon j’imagine que vous savez tous que le livre de l’année est : « Le livre que je ne voulais pas écrire » d’Erwan Lahrer. Et j’ajouterais, puisque l’on reste dans la section coups de cœur, que mon cœur bat dès qu’Emma Watson apparaît quelque part.

Poète, auteur, musicien, diariste, Jérôme Attal est un artiste aux différentes facettes. Je le remercie infiniment pour sa disponibilité et sa bienveillance, et vous invite à découvrir la richesse de ses différentes œuvres qu’elles soient musicales ou littéraires ; vous pouvez également poursuivre la rencontre grâce à sa page Facebook ICI 

© Les Chroniques de Mlv – 29-10-2017

© Un livre après l’autre

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s