L’américaine – Catherine Bardon

bardon.jpg

L’américaine – Catherine Bardon – Les Escales

« On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. »

Dicton  juif

 

Septembre 1961 : Ruth Rosenheck quitte la République Dominicaine. Elle laisse derrière elle sa mère, dans un pays qui s’embrase. La jeune femme part pour New York, où elle s’installera chez Myriam, la soeur de son père. Des études, un stage, une nouvelle vie s’offre à elle dans une ville inconnue ; une vie à construire, un métier à apprendre (journaliste),  des amours à vivre, des amitiés à nouer, ailleurs, comme ses parents, autrefois -dans d’autres conditions, bien sûr. Un soir, sur le bateau qui l’emporte vers le continent américain, Arturo, un jeune dominicain l’aborde maladroitement ;    « Vous pleurez, mademoiselle ? » brise alors  la solitude de son voyage, de ses questions…

De septembre 1961 à septembre 1966, Catherine Bardon tisse le destin de la fille de Almah et Wilhelm au rythme de la petite et de la grande histoire.  Catherine Bardon offre une histoire captivante, de celle que vous ne lâchez pas, tant que la dernière page n’est pas tournée. Réunissant faits historiques au coeur des sixties et saga familiale,  « L’américaine » ne peut que vous envoûter !

En tournant la dernière page, vous n’aurez qu’une seule envie : plonger dans « Les déracinés », l’histoire des parents de Ruth.

© Un Livre après l’autre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s