La lumière était si parfaite – Carène Ponte

La lumière était si parfaite – Carène Ponte – Éditions Fleuve

Megg et Stéphane forment un couple parfait -en apparence- car si Stéphane ne peut pas se passer de sa femme, « son épouse parfaite », comme il aime à le rappeler régulièrement à celle-ci, Megg, elle, est au bord de la rupture. Gérer son mari, ses enfants (Lalie 16 ans, une adolescente en crise, et Malone, 10 ans) une maison, jusqu’à présent, c’était son choix, être une petite fée de l’ombre, celle grâce à qui le nid tourne à la perfection. Six mois après la perte brutale de sa mère, Megg est de plus en plus émotive. Le chagrin et l’absence sont insupportables. Encouragée par Romy sa voisine et amie depuis un an, elle décide de faire développer une pellicule photo trouvée dans les affaires de sa mère. Les clichés font voler en éclats les certitudes de Megg, et la questionne sur sa propre existence. Il lui faudra un voyage dès plus salutaire, des rencontres, ainsi que des lettres bouleversantes, pour remettre de l’ordre dans sa vie.

Avec ce roman, Carène Ponte questionne toutes les femmes. De Megg, la femme au foyer qui n’a plus envie de l’être en passant par Lucile, la mère absente, sans oublier la pétillante Romy ainsi que l’écorchée Lalie. La romancière scanne à la perfection ses personnages féminins. « La lumière était si parfaite » est un voyage littéraire joyeux et émouvant.

16 avril 2021