Nathalie de Broc – Photo droits réservés Muriel Le Chêne

Après avoir été journaliste, Nathalie de Broc est devenue romancière. Une plume incontournable sur la scène littéraire bretonne, depuis 2004.  Avec «L'Oublié de Dieu» ( éditions Le Temps Présent) sorti en mars dernier, l'écrivaine s'éloigne le temps d'un roman des rivages bretons afin de conter sur une nouvelle terre, l'histoire de quatre femmes, à  quatre époques différentes, toutes liées à l'assassinat de Thomas Becket en 1170. Nathalie de Broc a accepté de répondre à un petit questionnaire, je la remercie à nouveau pour sa disponibilité et sa gentillesse, et vous invite à découvrir ses réponses dans la chronique de ce jour !
Un Livre après L'autre : Bonjour Nathalie, et merci d'avoir accepté mon invitation. Votre métier de journaliste vous prédisposait-il à devenir romancière ?

Nathalie de Broc : L’un ne découle pas obligatoirement de l’autre. Mais déjà il y a le fait d’écrire de façon récurrente, de se confronter chaque jour aux mots sur le papier, ou à la radio puisque c’était là où je travaillais. Je voyais bien que j’aurais aimé prolonger « l’histoire » que je racontais. Et ensuite une fois devenue romancière, mon ancien métier m’a beaucoup aidée pour les recherches, le regard particulier sur les gens et les choses, la façon d’écrire sur eux.
Un Livre après L'autre : La petite fille de 5 ans qui rêvait d'écrire est-elle heureuse de son parcours de romancière ?

Nathalie de Broc : Disons que j’ai l’extrême privilège d’être allée au bout de ce rêve, de l’avoir concrétisé. De ne pas m’être trahie, et de pratiquer au quotidien la seule chose ( je ne dis pas métier volontairement ) que j’ai envie de faire.
Un Livre après L'autre : La Bretagne est un personnage à part entière dans l'ensemble de vos romans. Quel est votre lien avec cette terre ?

Nathalie de Broc : Un lien complexe qui a nourri longtemps mon écriture, et continue de le faire. J’ai essayé de l’apprivoiser, de l’apprendre au jour le jour ; je n’en suis pas native donc cela n’a pas rendu l’apprentissage facile ! Je me sens toujours débutante face à cette terre, on en découvre chaque jour un aspect, mais est-ce pour autant qu’on l’a complètement assimilée ?

L’Oublié de Dieu – Nathalie de Broc – Le Temps Éditeur

Un Livre après L'autre «L'Oublié de Dieu», votre 19ème roman, n'est pas ancré en Bretagne. Pourquoi, et surtout quelle en est sa genèse ?

Nathalie de Broc : La genèse : un de mes ancêtres a été impliqué dans le meurtre célèbre de l’archevêque de Canterbury, Thomas Becket au XIIème siècle, commandité ou non par le roi d’Angleterre et duc de Normandie Henri II. Cet ancêtre faisait partie de la branche anglaise de ma famille... donc pour une fois, il me fallait quitter la Bretagne si je voulais être fidèle à l’Histoire. Mais j’ai attendu près de 20 ans avant d’aborder le sujet... et de quitter « mon » coin de terre littéraire.
Un Livre après L'autre :  Pouvez-vous nous présenter Clémence, Louise, Gabrielle et Sixtine de «L'Oublié de Dieu» ?

Nathalie de Broc : Ce sont quatre jeunes femmes à travers les siècles qui se ressemblent étonnamment et ont chacune à un moment clé de leur vie, été en contact de près ou de loin avec un mystérieux manuscrit en rapport direct avec cet assassinat. La première est Clémence, fille de mon ancêtre qui lui aurait remis le manuscrit et la dernière Sixtine, celle qui nous raconte cette recherche au XXIème.
Un Livre après L'autre :  Ressemblent-elles à vos héroïnes passées ?

Nathalie de Broc : Même si ce n’est pas délibéré, elles ont certainement quelques points communs... le naturel reprenant vite le dessus, comme on le sait. Elles ont le courage d’affronter leurs peurs, si petites soient-elles, la ténacité de mener à son terme leur quête, mais j’ai aussi essayé de rendre mon personnage de Sixtine plus déroutant, plus inattendu.
Un Livre après L'autre : Comment se déroule une session d'écriture au quotidien (lieu, horaires) ? 

Nathalie de Broc : Quotidien, quotidien 😉 .... Je ne suis pas du tout une personne de régularité tout ce qui est routine me fait fuir. Donc je ne peux pas dire que j’écris chaque jour à la même heure ni que je m’attelle à mon travail avec ponctualité. Cela ne me ressemblerait pas du tout ! Tout dépend de ce que la vie me présente le matin ou la nuit ! Parfois à peine réveillée (quelle que soit l’heure) je fonce dans mon bureau et écris sans discontinuité pendant des heures parce qu’une idée m’a tirée du lit. Certains jours j’abandonne le manuscrit, ou je prends ma voiture pour rouler n’importe où parce que cela recharge mon imaginaire et me permets de réfléchir hors contexte. Mais en y réfléchissant, je dois quand même m’être mise au travail relativement régulièrement pour avoir écrit un livre par an depuis 2004... !
Un Livre après L'autre :  La musique joue-t-elle un rôle important lors de la rédaction d'un manuscrit ?

Nathalie de Broc : En écrivant l’Oublié de Dieu, j’avais en permanence en tête le requiem de Mozart, parce que cela correspond à l’atmosphère de certaines scènes du roman. Musique que l’on peut d’ailleurs retrouver dans la bande annonce du livre, mais je ne l’écoutais pas concrètement. Pas de radio ou de cd. Rien. Parce que j’ai vraiment besoin de silence pour écrire. Même si j’aime beaucoup aller écrire à une table de bistro au milieu du bruit ambiant... allez comprendre les paradoxes !
Un Livre après L'autre :  En tant que lectrice, avez-vous des romans fétiches ? 

Nathalie de Broc : Une quantité incroyable ! et j’aurais un mal fou à en établir une hiérarchie. Colette y côtoie Elizabeth Gilbert, Balzac fraye avec Lucinda Riley, ou Philippa Gregory. Juliette Benzoni papote avec Alexandre Dumas ou Tolstoï ou Victor Hugo ou Marguerite Duras...et comme je suis du genre admirative-née, les ayant tous en tête,j’ai une certaine tendance à mettre la barre très haut dans mon écriture et à toujours être déçue parce que j’ai pondu... La comparaison est l’œuvre du diable, dixit Sainte Thérèse d’Avila il n’empêche... c’est difficile d’y couper quand on a sous les yeux tous ces chefs d’œuvre. Car évidemment les romans de tous ceux que je viens de citer sont sur une étagère dans mon dos et surveillent ce que je fais. Parfois je les entends...
Un Livre après L'autre :  Un nouveau roman est-il déjà en cours ?

Nathalie de Broc : Oui et j’y retourne de ce pas …

Je remercie une nouvelle fois Nathalie de Broc pour avoir répondu à ce questionnaire, et vous invite à poursuivre cette rencontre en découvrant son site ICI ainsi que  sa riche bibliographie ! 
Si vous êtes en Bretagne ce wee-end, n'hésitez pas à aller à sa rencontre, car elle sera présente sur le Salon Livr'à Vannes.

Mercredi 8 juin 2022