Les jours brûlants – Laurence Peyrin

Lesjoursbrûlants LP

Laurence Peyrin – Les jours brûlants – Calmann Levy

Joanne Miller mariée à Thomas Linaker est une femme heureuse. Le couple s’est installé à Modesto,  une jolie ville californienne. Dévouée à sa famille, à son entourage, Joanne est une femme aimée de toutes, et de tous.

Lors des dîners, elle est surnommée par son mari « La reine des cocktails ». Son bonheur va imploser au détour d’une rue, lorsque la violence va s’abattre sur elle. Anéantie, Joanne sombre, dérape, de plus en plus souvent, jusqu’au dérapage de trop. Elle fuit alors jusqu’à Las Vegas…

Laurence Peyrin est une passeuse d’histoires. Si vous avez le goût de cette Amérique dans laquelle les destins cabossés peuvent trouver du répit ; précipitez-vous sur « Les jours brûlants », car en arrivant dans la Cité du péché, Joanne croisera d’autres êtres meurtris, trouvera un refuge, et des compagnons de route  attachants -oui, même Beverley.

« Les jours brûlants » est une histoire solaire,  bouleversante, un roman à glisser dans sa valise ou son sac de plage durant cet été 2020 !

© Un Livre après l’autre

Lettre d’amour sans le dire – Amanda Sthers

lettredamoursansledire

Lettre d’amour sans le dire – Amanda Sthers – Grasset

Extrait :

« La force des symboles n’a de la valeur que pour ceux qui ont vécu ou sont nés nostalgiques d’une vie oubliée ».

Alice est une femme que la vie n’a pas épargnée. Cabossée depuis son adolescence, elle est désormais retraitée de l’Éducation Nationale, et vit à Paris, sur injonction de sa fille. Alors qu’elle va devenir mère à son tour, sa fille semble embarrassée par cette mère sans éclats, sans richesses -en apparence. Sur un malentendu, c’est un masseur japonais qui va révéler Alice à elle-même…

Dans ce court roman d’une grande puissance, Amanda Sthers explore les peurs d’Alice afin de les faire voler en éclats grâce au don de Akifumi, cet homme qui va donner un nouvel espoir à Alice, alors que les souvenirs d’une vie brisée réapparaissent. « Lettre d’amour sans le dire » est une lettre brûlante de part l’intimité qu’il s’en dégage. Rien n’est avoué, tout est dit.

Après Ma place sur la photo et  Les Terres Saintes.  deux romans que j’avais beaucoup aimés, je ne peux que vous conseiller la lecture de « Lettre d’amour sans le dire » ! Un roman court, divin, dans lequel la romancière change de registre.

« Lettre d’amour sans le dire » est un bijou littéraire à ne pas manquer, à s’offrir…et à  offrir !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

Va où le vent te berce – Sophie Tal Men

Va-ou-le-vent-te-berce stm

Sophie Tal Men – Va où le vent te berce – Albin Michel

Lorsque Matthieu récupère sa cousine Anna à l’aéroport, la jeune femme est sonnée par l’uppercut que la vie vient de lui asséner.

Gabriel, lui, est un être meurtri. C’est auprès de  Giagià et Papouss qu’il a appris à continuer à vivre, avec son frère Evann.

Quel bonheur de retrouver la plume de Sophie Tal Men avec ce cinquième roman « Va où le vent te berce » ! Au fil des pages, la romancière réunit deux êtres blessés. Grâce au petit Andréa, c’est le métier de berceur de bébés qui est mis en avant.  Gabriel va s’embarquer par hasard dans celui-ci, mais le hasard existe-t-il ? Adoucir la vie, soulager, prendre le relais, le jeune homme va se révéler dans ce rôle qu’il endosse à la perfection, au fur et à mesure que l’histoire avance…

« Va où le vent te berce » est un roman touchant, rythmé par l’émotion à chaque page. Si vous avez lu la trilogie médicale bretonne de Sophie Tal Men,  ce sera l’occasion de retrouver Anna, pour les autres, vous découvrirez ce personnage plein d’énergie qui va peu à peu revenir dans la vie.

Sorti avant le confinement, ce roman a toutes les qualités pour se glisser dans votre sac de plage ou votre valise, pendant cet été 2020,  car une fois commencé, cette histoire ne se lâche pas !

« Va où le vent te berce » est assurément UN de mes romans de l’été !

© Un Livre après l’autre

 

Les détectives du Yorkshire – Rendez-vous avec le mal – Julia Chapman

Rendez-vous-avec-le-mal

Les détectives du Yorkshire – Rendez-vous avec le mal – Julia Chapman – Robert Laffont – La Bête Noire

Je l’avoue, je me délecte avec « Les détectives du Yorkshire » de Julia Chapman ! Deux héros attachants, des personnages secondaires hauts en couleur, et un décor verdoyant. À chaque fois, une impression de partir en voyage dans le Yorkshire.

Dans « Rendez-vous avec le Mal » le mystère se niche au cœur de la maison de retraite de Bruncliffe. Madame Sheperd vient demander de l’aide à Samson, car elle est persuadée que quelqu’un cherche à la tuer ! Samson pense que la pauvre Alice perd la tête… jusqu’à la mort de la vieille dame.

Delilah Metcalfe et Samson s’associent une nouvelle fois afin d’enquêter discrètement au sein de Fellside Court, la maison de retraite où réside également Joseph, le père de Samson. Ils font plus ample connaissance avec les différents résidants et c’est un délice !

D’autre part, Samson est chargé de retrouver Ralph, le bélier de Clive Knowles…

Dans cette aventure,  le père et le fils se rapprochent avec pudeur, Samson ne semble pas insensible au charme de Delilah, mais un mystère demeure : le détective O’Brien va-t-il pouvoir longtemps se cacher dans la campagne du Yorkshire ?

Ce deuxième tome est un régal tout comme le premier !

Bref, une série à savourer sans modération tout au long de cet été 2020 !

Prochaine destination : Rendez-vous avec le Mystère !

© Un Livre après l’autre

Les bouées jaunes -Serge Toubiana

Les-bouees-jaunes

Les bouées jaunes – Serge Toubiana – Folio

Il est parfois difficile de parler d’un texte bouleversant…

En 2017, Serge Toubiana perdait son épouse, Emmanuèle Benheim, après trente ans de vie commune.

Un seul mot me vient en tête après avoir refermé « Les bouées jaunes » : solaire, même dans la mort, Emmanuèle Bernheim est solaire.

Serge Toubiana remonte le temps,  égraine l’histoire familiale de son épouse, leur amitié, les années passées à se frôler professionnellement avant de se rendre à l’évidence, et construire leur Maison du Bonheur sur une île bretonne -cette île est magique, comme je comprends le coup de cœur !

Message d’amour à sa femme ainsi qu’à la scénariste et auteure, il puise dans son oeuvre et envoie un message d’amour à « cette femme qui écrivait vite pour que cela aille vite »…

Si comme moi vous n’avez pas lu « Stallone » d’Emmanuèle Bernheim, vous n’écouterez plus cette chanson comme avant, après la lecture des « bouées jaunes ».

© Un Livre après l’autre

Fait Maison – Cyril Lignac

 

Fait-maison-n-1-Par-Cyril-Lignac

Fait Maison numéro 1 – Cyril Lignac – Éditions La Martinière Cuisine

Si comme moi, vous adorez cuisiner, glissez ce « Fait Maison » sur une étagère dans votre cuisine ! L’émission « Tous en cuisine » a diverti pendant ce temps de confinement imposé, pour notre santé. Chaque soir, un seul mot d’ordre : réaliser une recette en famille ou entre amis. Cinquante minutes de partage orchestrées par Cyril Lignac,  son caméraman Foufou, ainsi que Jérôme Anthony (et son grain de folie).

Pour ma part, je n’ai pas réalisé les recettes devant ma télévision, mais ai testé celles retenues à mon rythme. Au bout de quelques jours,  les recettes validées ont été ajoutées à mon carnet de recettes. Sur les 45 recettes à retrouver dans ce tome 1,  voici celles testées et validées :

Croque-monsieur croustillant à la poêle, Blinis de pommes de terre, Galette de pommes de terre, Risotto de coquillettes et jambon, pancakes pour le matin, Brownie aux noix de pécan caramélisées, la crème légère pour accompagner un bol de fraises, Clafoutis, Financier (j’avais l’habitude de les réaliser individuellement), Crumble sans oublier les inoubliables petits pots de crème à la vanille, un régal frais et gourmand !

Bien sûr, j’essaierai d’autres recettes de ce tome 1 !

Cyril Lignac et son équipe méritent désormais de se reposer après cette performance culinaire et audiovisuelle ! Une centaine de recettes ayant été réalisées, j’attends avec impatience le tome 2 de « Fait Maison » !

© Un Livre après l’autre

Ne t’inquiète pas, tout va bien – Ariane Dubois

Ne-t-inquiete-pas-tout-va-bien

Ne t’inquiète pas, tout va bien – Ariane Dubois – Flammarion

Pendant 10 ans, Ariane Dubois a travaillé dans la Mode : un monde de paillettes, de rires et de champagne. L’attente d’une jupe-culotte à la couleur improbable va faire voler sa vie en éclats… pour mieux lui redonner sens.

Burn-out, la maladie du siècle dise certains. Une plaie béante pour celles et ceux qui en souffrent. Un tremblement de terre incompris  (non, je ne suis pas malade…). Pourtant, le corps envoie de multiples signaux de détresse afin d’obliger le malade à s’arrêter, à se reposer. Un repos vital.

Le récit d’Ariane Dubois se lit entre rires et larmes. L’ancienne directrice de collection dissèque sa vie d’avant, son burn-out, puis sa renaissance auprès d’une mamie Pierrette pour laquelle j’ai une pensée en écrivant cette chronique. En mettant en place une discipline du bonheur, ainsi qu’un conseil d’administration pour les jours plus compliqués, Ariane Dubois insuffle de l’espoir aux burnies : en ouvrant le champ de nos possibles, un autre chemin, celui qui est au fond de nous, apparaîtra…

Extrait :

-Dans la vie, il faut faire ce qu’on aime.

Qu’est-ce que tu aimes faire ?

 

Témoignage d’Ariane Dubois en vidéo.

Son Blog Histoire Très  Personnelle est  ICI

© Un Livre après l’autre

Les détectives du Yorkshire – Rendez-vous avec le crime – Julia Chapman

lddy jc tome 1

Les détectives du Yorkshire – Rendez-vous avec le crime – Julia Chapman

Éditions Robert Laffont

 

Après plusieurs années d’absence, Samson O’Brien revient à Bruncliffe, dans le Yorkshire, son village natal. Delilah Metcalfe, elle, jongle avec plusieurs activités professionnelles depuis son divorce, et si celui-ci était la solution pour sauver son agence de rencontres ? La location d’une partie de ses bureaux à l’agence de détective privé de Samson est une aubaine pour ses finances…mais c’était sans compter sur le meurtre d’un de ses clients !

Série addictive en vue ! Avec un duo qui fonctionne parfaitement, un cadre bucolique, et des personnages secondaires loin de ne faire que de la figuration -sans oublier Calimero- Julia Chapman signe ici un premier tome plein de charme, celui des cosy mysteries, dans lesquels il est agréable de se plonger, une tasse de thé à portée de mains !

Je me régale déjà en poursuivant les aventures de Samson et Delilah avec le tome 2 Rendez avec le mal  ! Au coeur des collines verdoyantes de Bruncliffe, loin d’être tranquilles…

© Un Livre après l’autre

Jackie et Lee – Stéphanie des Horts

9782226444288-j

Jackie et Lee– Stéphanie des Horts – Albin Michel

Que raconter  sur les soeurs Bouvier ?  Leur antagonisme ? Leur enfance ?

Que découvrir sur le mythe Kennedy, sur celui d’Aristote Onassis ou Gianni Agnelli ?

Avec une plume vive et malicieuse, Stéphanie des Horts plonge avec délectation au coeur de ces années fulgurantes  où Jackie et Lee tissaient leur toile, afin de rester sur le devant de la scène !

Dès le départ, les jeux sont faits : Lee est belle, Jackie est intelligente. Avec comme bagage familiale  l’adage de leur mère : « marry money » et un père victime de ses démons, les deux soeurs entament une course de fond… Bien que Lee se marrie la première, c’est Jackie qui remporte tous les suffrages en réalisant le « plus beau » des mariages      -savamment calculé ;  montrant même un sang-froid exemplaire à toute épreuve…

Lee, elle, cherchera jusqu’au bout une preuve d’amour de la part de sa soeur…

De soirées en rencontres, de drames familiaux en trahisons, ce livre est une fantastique balade aux côtés des soeurs Bouvier !

© Un Livre après l’autre

Atelier d’écriture Bric à Book – Écrire aux temps du corona – Jour 8

da-kraplak-j4cOKZojvNI-unsplash-scaled

@ Da Kraplak

4 ème participation à l’atelier d’écriture de Bric à Book 

 

Cette branche est le dernier souvenir de notre maison de famille.
Lorsque j’ai dit adieu à cet endroit merveilleux,  je l’ai photographiée.

Dommage collatéral de notre famille éclatée aux quatre coins du monde, nous avons fait un choix : la vendre. Nous étions si peu à vouloir entretenir le souvenir des longues tablées d’été, ainsi que de ces réveillons de Noël enchanteurs, où grand-père se transformait en père noël :
-il faut bien que ce verre de lait et ces gâteaux disparaissent dans la nuit ! disait-il de sa voix de ténor ! Au petit matin, les yeux des adultes scintillaient, comme ceux de leurs enfants.

Cette branche est désormais sur ma cheminée, de temps en temps, en la regardant, je me remémore ces instants passés, mais aussi ce coin de jardin où j’aimais me réfugier afin de lui confier mes joies, mes peines, mes peurs, mes chagrins, mes victoires.

Ce matin, j’ai reçu un dessin, celui de la petite fille qui habite désormais dans « notre » maison. Je l’ai posé à côté de la photo, mais avant, j’ai envoyé des mails aux quatre coin du monde, avec l’idée de nous retrouver l’année prochaine ; j’ai joint à mon mail le dessin de la petite Anna…

 

© Valérie – Un Livre après l’autre

 

Atelier d’écriture Bric à Book – Écrire aux temps du corona – Jour 7

 

corona-jour-7-scaled

@ Tobias Tullius

 

Troisième participation à l’atelier d’écriture de Bric à Book ICI

 

« Il faut arroser les souvenirs comme des fleurs en pot » me disais-tu, c’est ce que j’ai fait.

La K7 de la route de nos dernières vacances ensemble est restée au chaud, dans un tiroir secret du meuble acheté sur un coup de folie, lorsque j’ai emménagé, seule, puisque tu avais décidé que tout était fini.

Pas besoin de la ressortir pour connaître les mélodies, chansons et autres poèmes gravés dessus. Ils sont dans ma tête, dans mon coeur. De temps en temps, une envie folle de les entendre par d’autres voix que la tienne, car celle-ci résonne comme si j’étais à nouveau à tes côtés,  dans l’habitacle de la voiture. Tu chantais, déclamais les vers, fredonnais les airs, puis nous nous regardions, heureux. Mon regard ne se perd plus dans le tien, mais dans celui de la mer, en face de la maison.

Te souviens-tu de cette K7 ? Te souviens-tu de notre dernier voyage ensemble ? Nous avions tout prévu, sauf la séparation. Tu es resté dans ce coin de paradis que nous aimions tant, les vacances d’été étaient enfin là, nous avions travaillé sans relâche afin de nous offrir un moment unique.

Aujourd’hui, je feuillette l’album de ma vie, un seul regret :  ne pas t’avoir revu avant que la mort t’emporte. Je t’espère heureux et en paix, où que tu sois. Un jour, Tali, ma fille  -née à l’ère du streaming-  trouvera l’enveloppe et me posera des questions sur son contenu ; je poserai la K7 et la photo sur la table du jardin, nous nous assiérons , et je lui raconterai notre rencontre, notre histoire.

C’était avant tout cela, c’était il y a des années, mais je n’ai rien oublié.

© Valérie – Un Livre après l’autre

Mouvement perpétuel – Renaud Capuçon

mouvement perpétuel Renaud capuçon

Mouvement perpétuel – Renaud Capuçon – Éditions Flammarion

 

Le parcours du soliste Renaud Capuçon est un témoignage passionnant, celui de ce petit garçon d’origine savoyarde qui découvre sa vocation à l’âge de quatre ans. À huit, c’est décidé : il sera musicien ! Dans « Mouvement perpétuel », ce grand musicien nous emporte dans son parcours incroyable,  de la découverte de son premier violon aux premiers stages musicaux, en passant par les rencontres personnelles, musicales ou professionnelles de sa vie. Un parcours à saluer, car Renaud Capuçon n’est pas né dans un milieu artistique. Sa volonté, sa curiosité, son engouement (je vous laisse vous délecter, comme moi, à la lecture de l’anecdote sur les K7 TDK, SONY ou KAWAI) lui ont permis de construire,  pas à pas, un chemin artistique riche et varié, car en plus de sa carrière de soliste, il enseigne, donne de son temps,  et est impliqué à 100% dans le Festival de Pâques.

Au cœur de ces 235 pages, il y a également cet envers du décor : la préparation physique et mentale du musicien -car tel un athlète de haut niveau- rien n’est laissé au hasard afin que le soliste confronté à la violence d’un décalage horaire, à la solitude d’une chambre d’hôtel ou à la pression de son métier puisse donner le meilleur de lui même pour l’oeuvre qu’il va interpréter. Une discipline se met en place, ce sera celle de prendre un vol de nuit pour les déplacements vers l’Asie, de récupérer le maximum de sommeil -entre autres- sans oublier cette touche personnelle glissée dans l’étui de son violon. Ce violon, ce  Vicomte de la Panette qui fût celui d’Isaac Stern, le grand violoniste qui n’accorda qu’une seule lettre de recommandation après une masterclass  lors de sa venue à  Verbier : une lettre pour le jeune Renaud Capuçon…

 

En ces temps compliqués, Renaud Capuçon offre chaque jour via Facebook et Instagram un moment hors du temps. Un cadeau musical inestimable, ne vous en privez pas.

La Méditation de Thaïs interprété par Renaud Capuçon lors du Concert du 14 juillet 2013, à Paris ICI 

Écouter le podcast de l’émission Passion Classique (Olivier Bellamy) consacré à Renaud Capuçon

 

Extrait :

« …

La musique ne peut et ne doit pas être seulement réservée à des connaisseurs et des aficionados ultraprivilégiés. Elle doit être un instrument de lien entre les hommes. Je sais cela depuis toujours, mais depuis quelques années je vis cet engagement de façon réelle et concrète. »

© Un Livre après l’autre

 

Atelier d’écriture Bric à Book – Écrire aux temps du corona – Jour 4

corona-jour-4-scaled

@ Barna Kovács

Ma deuxième participation à l’atelier d’écriture d’Alexandra, dont le site est ICI

Dans ses mains, un vestige, celui d’une société qui prenait encore ses photos en argentique. Sur cette pellicule placée en pleine lumière, elle tentait de retrouver une trace de cette vie d’avant, de cette vie qui lui manquait tant. Des visages, des endroits et des événements avaient été fixés à jamais sur ces morceaux de bandes plastifiées.

Quel appareil avait-elle utilisé ? Un Zenit, elle s’en souvenait maintenant, un cadeau de sa famille -une folie- lorsque sa passion pour la photographie était devenue dévorante…

Plus tard, son objectif se fixera sur la joie, les rires, les sourires, la vie, les êtres, mais aussi sur cette faune et cette flore encore préservées…

Dans un carton niché au fond du grenier de la maison, de nombreuses planches étaient encore là, elle avait tout gardé, tout répertorié -même ce qui n’avait pas été montré, développé. À l’heure où cette technique était devenue obsolète, redonner vie à ces fragments restés dans l’ombre était une évidence. Elle descendit dans son laboratoire.

Tout à l’heure, lorsque toute la famille arriverait pour se réunir à nouveau, les clichés perdus seront étalés sur la table basse du salon, ils susciteront la curiosité des enfants, elle leur expliquerait cette vie d’avant, celle dans laquelle ils pourront puiser leur force, afin de réinventer la vie de demain, et survivre.

 

Valérie – Un Livre après l’autre

Atelier d’écriture de Bric à Book – Écrire aux temps du corona – Jour 1 –

ecrire-au-temps-du-corona-1

@Trent Bradley –

 

 

Le phare, lors de ses promenades quotidiennes le long du sentier, son esprit vagabondait toujours, lorsque son regard était happé par ce monument majestueux, dernier rempart avant l’océan. Sa haute tour, sa couronne sombre, sa crête dentelée un peu plus bas, lorsque les couleurs du ciel changeaient au gré de la journée, le spectacle était magique ! Au fur et à mesure qu’elle arpentait le chemin balisé, des petites histoires naissaient dans son imaginaire : L’océan, les voyages, les dangers, les vies solitaires au cœur de ce phare, celles dédiées à éclairer, à aider les marins en détresse, étaient autant de thèmes qui ne demandaient qu’à être explorés. Lorsqu’elle rentrait chez elle, elle ouvrait un cahier, puis se mettait à écrire.  Un jour, peut-être, trouverait-elle le courage d’aller plus loin que ces cahiers…

En attendant, aujourd’hui encore, elle profitait du vent sur son visage, dans ses cheveux, de l’ombre des nuages au-dessus du Phare, de la joie de pouvoir contempler la nature, afin de se reconstruire.

© Valérie – Un Livre après l’autre

 

 

 

Pour le bien de tous – Laurent Scalèse

pourlebiendetous ls

Pour le bien de tous – Laurent Scalese – Éditions Belfond

Après Samuel Moss dans « Je l’ai fait pour toi », nouvelle rencontre avec l’univers de Laurent Scalese, grâce au roman  intitulé « Pour le bien de tous », une histoire mettant en scène deux enquêteurs bien différents et terriblement attachants au coeur d’une enquête glaçante !

Mélanie Legac et Joseph Schneider vont devoir collaborer, et entre la jeune femme et l’homme : ce n’est pas gagné, car l’un prend son temps et respecte les signaux envoyés par son corps, l’autre est impulsive et tente de mener de front sa vie personnelle et professionnelle.

Tout commence sur une route de campagne : au volant de sa voiture, Luc percute un homme… Sonné, le conducteur va bientôt comprendre qu’il n’est en rien responsable de la mort de cet homme, dont on ignore l’identité…

« Pour le bien de tous » est un régal littéraire, une enquête glaçante, terriblement actuelle, soutenue par une écriture fluide qui captive de bout en bout ! En refermant ce formidable page-turner, une seule question : Mélanie et Joseph reviendront-ils pour une seconde enquête ?

© Un Livre après l’autre