Rencontre avec Marie Vareille !

Marie Vareille – Photo droits réservés Philippe Lamy

Marie Vareille a publié son huitième ouvrage, « Le syndrome du spaghetti » en octobre dernier. Dans « Noël Actually » sa nouvelle s’intitule « À pile ou face », son héroïne, Juliet et le tout donne un concentré d’émotions. Je la remercie infiniment pour sa disponibilité, et vous invite à lire ses réponses dans l’interview ci-dessous :

Un Livre après l’autre : Bonjour Marie, première question, avez-vous choisi d’être romancière ou bien est-ce ce métier qui vous a choisie ?

Marie Vareille : Un peu des deux ! Je crois que c’est la lecture qui m’a choisie dans un premier temps : je suis tombée dedans quand j’étais petite et je n’en suis toujours pas sortie 😉 Écrire est venue un peu plus tard, à l’adolescence et en faire mon métier à l’âge adulte. 

Un Livre après l’autre : Connaissiez-vous les autres auteures de la TeamRomCom avant d’intégrer celle-ci  ?   

Marie Vareille : Je connaissais très bien Sophie, j’avais déjà croisé Tonie et Marianne quelques fois suite à des échanges sur Twitter et j’ai ensuite fait la connaissance d’Adèle et d’Isabelle à travers la Team, j’avais bien sûr entendu parler d’elles, mais je ne les avais pas encore rencontrées. 

Un Livre après l’autre : Pouvez-vous nous présenter Juliet, l’héroïne de votre nouvelle « À pile ou face» ? 

Marie Vareille : C’est une jeune femme qui a un passé compliqué, mais qui l’assume plutôt bien. Comme elle n’aime pas prendre des décisions, elle a la fâcheuse tendance à jouer à pile ou face quand elle ne sait pas quoi choisir… Mais peut-on toujours faire confiance au hasard ? La réponse dans la nouvelle !

Un Livre après l’autre : Comment naît une héroïne d’une nouvelle de Noël ? 

Marie Vareille : Bonne question… J’avoue que je ne sais pas trop, quand j’écris une nouvelle, j’ai souvent la chute, mais pas du tout le plan pour y arriver. Juliet m’est venue parce que j’aimais l’idée d’une ancienne ado révoltée qui avait été obligée de se ranger trop jeune, un peu malgré elle. 

Un Livre après l’autre :  Une journée d’écriture est-elle rythmée par des horaires, des lieux particuliers, de la musique ?

Marie Vareille : Des horaires, oui : ceux où mes filles sont à la crèche, car impossible pour moi d’écrire quand elles sont à la maison. Je pense souvent à mes romans en écoutant de la musique, en marchant ou en courant, mais quand j’écris j’ai besoin d’être chez moi, de silence et de concentration.  Évidemment durent certaines périodes, quand j’ai des déplacements promotionnels ou des salons, je suis obligée d’écrire dans des trains, des hôtels ou des lieux étrangers, mais je n’aime pas trop ça. Je n’écris jamais aussi bien quand dans mon bureau avec le silence. 

Un Livre après l’autre :  En tant que lectrice, avez-vous des romans ou des auteur(e)s fétiches ? 

Marie Vareille : Romans fétiches : Harry Potter, Autant en emporte le vent, Jane Eyre, le Journal de Bridget Jones, l’Écume des jours, L’attrape-coeur… Il y en a tellement, c’est difficile de choisir ! 

Auteurs fétiches : ceux et celles qui ont écrit les romans ci-dessus !

Un Livre après l’autre : Dernière question, quel est votre moment préféré des Fêtes de Noël ? 

Marie Vareille : Le réveillon ! Je suis une incorrigible gourmande et j’adore tous les mets traditionnels de Noël. Je renoncerais donc plus facilement aux cadeaux qu’au repas de Noël. 

Cliquez sur la couverture afin de commander le livre sur www.librairiesindependantes.com

Pour poursuivre cette rencontre, vous pouvez visiter le site de Marie Vareille ICI, sa page Facebook, ainsi que son compte Instagram, enfin, vous pouvez également la retrouver via sa page Youtube ICI

© Un Livre après l’autre