Un week-end à Quiberon – Fête du Livre 2018

Quatrième année d’animations de cafés littéraires sur La Fête du Livre de Quiberon…

 

31531348_10213431198268983_3080602730635670040_n (1)

Café Littéraire avec Laurence Peyrin 29/04/2018 –  Photo droits réservés Laurence Forin

 

Pour cette édition 2018, mille mercis à :

  • Jean-Paul Didierlaurent (ainsi qu’à la discrète Sabine) pour le moment de partage à la médiathèque de Carnac pour cette rencontre consacrée à La fissure !

JP DIDIERLAURENT

Jean-Paul Didierlaurent – Photo droits réservés Karine Baudot

 

Claire Barré – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Elsa, ton émotion lors de la remise du Prix Infiniment Quiberon était un cadeau supplémentaire, pour celles et ceux qui souhaitaient tant que tu sois récompensée et encouragée…

.31445079_10213427643660120_4500390484319623837_n1.jpg

Remise du Prix Infiniment Quiberon catégorie Polar à Elsa Roch pour Oublier nos promesses – Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Alexis,  ravie d’avoir été guidée vers un de tes livres, il y a deux ans, et d’avoir participé à la remise du Prix pour Niels

ARAGOUGNEAU

Remise du Prix Infiniment Quiberon catégorie roman à Alexis Ragougneau pour Niels – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Jean-François Kervéan, Olivier Bellamy, je n’ai pas de mots pour vous dire combien je suis si heureuse d’avoir animé ce café littéraire…

31530940_10213427648900251_5444589683168894761_n

Café littéraire avec Jean-François Kervéan et  Olivier Bellamy –

Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Pascal Voisine, merci pour ta sincérité et ta simplicité lors de notre café littéraire ! Longue vie à « Mon gamin » !PASCALVOISINE

Pascal Voisine – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Geneviève Brisac, merci pour votre  lecture si émouvante  de « Le chagrin d’aimer », pour ouvrir ce café littéraire.

31466806_10213431187588716_1063526789777534403_n

Café littéraire avec Geneviève Brisac – Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Laurence, tellement heureuse d’avoir partagé avec toi un peu plus que ce café littéraire, grâce à nos trajets en voiture ! Je remercie également Gérard Collard, car il m’a donné envie de rencontrer Miss Cyclone !31484081_10213431198548990_3547959520789532548_n

 

Olivier, quelle joie de récompenser Entre deux mondes, un roman si puissant, grâce à Samuel et Les Petits Mots des Libraires ! Merci pour ce magnifique souvenir ! IMG_3208.jpg

Photo souvenir avec Samuel Delage et Olivier Norek

 

Comme chaque année, des mercis à foison pour les bénévoles de ce week-end littéraire…

Un clin d’œil à la jeune Carla, si elle passe par là…

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

 

 

aire Barré, Elsa Roch, Jean-François Kervéan, Olivier Bellamy, Laurence Peyrin, Geneviève Brisac, Pascal Voisine, et

 

 

Quelques photos (je remercie Karine Baudot et Laurence Forin pour ces superbes clichés), et des merci à foison pour

 

Le plaisir

 

 

 

Je renouvelle ici mes chaleureux remerciements à Florence, Alexandre et  Marie-Claude (ils savent pourquoi…) ainsi qu’à toutes les personnes qui œuvrent pour cette fantastique manifestation.

 

Rencontre avec Alexis Ragougneau !

Alexis Ragougneau gros plan (c) Antoine Rozès.jpg

Photo droits réservés Antoine Rozès

Pour cette première interview de l’année, je vous propose de rencontrer Alexis Ragougneau, auteur de théâtres et de romans noirs, à l’occasion de la sortie de  «Evangile pour un gueux», aux Editions Viviane Hamy.  Si vous aimez les polars (très) sombres, dont l’action se situe dans un lieu atypique, précipitez-vous sur  «La Madone de Notre-Dame» et «Evangile pour un gueux» -les deux premières aventures du Père Kern et de la juge d’instruction Claire Kauffmann, jeune femme à fleur de peau.

Les Chroniques de MLV : Bonjour Alexis, et merci pour avoir accepté de répondre à quelques questions. Quel a été votre parcours professionnel, avant l’écriture de «La Madone de Notre-Dame» ?

Alexis Ragougneau : J’ai fait une école de commerce avant de travailler quelques années dans la communication. A 26 ans j’ai quitté cette première vie professionnelle pour me consacrer à ma véritable passion : le théâtre. J’ai donc fait une école d’art dramatique, travaillé sur plusieurs projets en tant qu’acteur ou metteur en scène, tout en écrivant mes propres pièces. Mon premier texte a été créé à Paris en 2004. Huit autres créations ont suivi jusqu’à maintenant, en France, en Belgique et en Suisse.

Les Chroniques de MLV : Pourquoi avoir choisi ce décor si particulier, pour votre premier roman ?

Alexis Ragougneau : Au départ c’est un concours de circonstances. Il y a plusieurs années, j’ai été amené à travailler quelques mois à Notre-Dame de Paris. J’y ai découvert les coulisses de la cathédrale, croisé des personnages hauts en couleur, stocké un certain nombre d’images et de paroles… En somme cette expérience a stimulé ma fibre d’écrivain.

Les Chroniques de MLV:  Comment est née l’idée de ce duo Claire Kauffmann et du Père Kern ?

Alexis Ragougneau : J’avais envie d’écrire sur la cathédrale mais il me semblait qu’une pièce de théâtre aurait été inadaptée, ou plutôt redondante par rapport à ce lieu déjà très théâtral. Il me fallait aborder Notre-Dame sous un angle inattendu. L’idée d’écrire un roman policier m’est venue à la lecture d’un essai d’un critique allemand datant des années 20 : il y comparait le détective de polar à un prêtre ; dans les deux cas il s’agissait de libérer la parole d’un pécheur en quête de rédemption… J’ai suivi cette idée au pied de la lettre et j’ai imaginé le personnage du père Kern. A partir du moment où ce personnage de prêtre-enquêteur était né, je me devais de lui associer un partenaire à la fois complémentaire et très différent. Claire Kauffmann répond à cette envie : la magistrate forme avec l’homme d’église une paire totalement improbable mais somme toute efficace. 

Les Chroniques de MLV : Pouvez-vous nous présenter votre nouveau roman  « Evangile pour un gueux» ?

Alexis Ragougneau : Peu avant Pâques, on découvre le corps d’un clochard noyé dans la Seine. La victime est rapidement identifiée : il s’agit de Mouss qui, quelques mois plus tôt, au moment de Noël, avait investi la cathédrale Notre-Dame au nom du droit au logement. Pendant quelques jours, la France entière s’était passionnée et déchirée sur la question des sans-abri. Mouss s’était visiblement fait autant d’amis que d’ennemis…

 

Les Chroniques de MLV : Allons-nous y retrouver ce duo si atypique ?

Alexis Ragougneau : Absolument. L’enquête est confiée à la juge d’instruction Claire Kauffmann. Lorsqu’elle apprend que le père Kern officiait dans la cathédrale au moment de son occupation, elle sollicite son aide pour faire éclater la vérité. Le duo de « la madone de Notre-Dame » est ainsi reformé.

Les Chroniques de MLV : Dernière question, avez-vous d’autres idées d’aventures pour ce duo ?

Alexis Ragougneau : Kern le prêtre et Claire la magistrate m’aident à m’interroger sur Paris et la France. A travers leur enquête sur la mort de Mouss le clochard, mes deux personnages soumettent à de nombreux questionnements notre façon de vivre ensemble, et mettent en lumière les zones d’achoppement qui existent dans notre société, qu’elles soient d’ordre religieux, culturel ou social. La fiction m’aide donc à prendre de la distance par rapport aux choses, et ces personnages créés il y a trois ans, que je commence seulement à connaître, me sont devenus en quelque sorte nécessaires. Tant que j’éprouverai ce besoin de mise à distance, je convoquerai mon duo d’enquêteurs pour qu’ils m’aident à y voir un peu plus clair.

Je remercie Alexis Ragougneau pour sa disponibilité, ainsi que sa ponctualité, et vous donne rendez-vous très bientôt, pour une nouvelle chronique littéraire !

© Les Chroniques de Mlv – 23-01-2016

© Un livre après l’autre