Lettre d’amour sans le dire – Amanda Sthers

lettredamoursansledire

Lettre d’amour sans le dire – Amanda Sthers – Grasset

Extrait :

« La force des symboles n’a de la valeur que pour ceux qui ont vécu ou sont nés nostalgiques d’une vie oubliée ».

Alice est une femme que la vie n’a pas épargnée. Cabossée depuis son adolescence, elle est désormais retraitée de l’Éducation Nationale, et vit à Paris, sur injonction de sa fille. Alors qu’elle va devenir mère à son tour, sa fille semble embarrassée par cette mère sans éclats, sans richesses -en apparence. Sur un malentendu, c’est un masseur japonais qui va révéler Alice à elle-même…

Dans ce court roman d’une grande puissance, Amanda Sthers explore les peurs d’Alice afin de les faire voler en éclats grâce au don de Akifumi, cet homme qui va donner un nouvel espoir à Alice, alors que les souvenirs d’une vie brisée réapparaissent. « Lettre d’amour sans le dire » est une lettre brûlante de part l’intimité qu’il s’en dégage. Rien n’est avoué, tout est dit.

Après Ma place sur la photo et  Les Terres Saintes.  deux romans que j’avais beaucoup aimés, je ne peux que vous conseiller la lecture de « Lettre d’amour sans le dire » ! Un roman court, divin, dans lequel la romancière change de registre.

« Lettre d’amour sans le dire » est un bijou littéraire à ne pas manquer, à s’offrir…et à  offrir !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

Les terres saintes – Amanda Sthers

 

les terres saintes amanda sthers

Les terres saintes – Amanda Sthers – Editions Stock

 

amanda sthers lts

 

Le 16 janvier, « Holy lands » est sorti au cinéma, une version cinématographique du roman d’Amanda Sthers. J’avoue, j’attendais ce film avec impatience.  Je vous propose de retrouver, ci-dessous, la chronique (synthétisée) que j’avais écrite et publiée en mai 2011,  sur un ancien support virtuel.

 

« Ayant apprécié l’écriture d’Amanda Sthers lors de la lecture de son premier récit : Ma place sur la photo, j’ai eu l’opportunité de proposer ce livre en achat à la Médiathèque. Ma proposition ayant été retenue, j’ai eu la chance de pouvoir le lire en priorité. Une lecture bouleversante.

L’histoire : La famille Rosenmerck : Le père Harry, la mère Monique, la fille Annabelle et le fils David, échangent des mails, des lettres… Harry ne parle plus (et n’écrit pas) à son fils depuis qu’il a découvert l’homosexualité de celui-ci, Monique tente de parler avec sa fille en cachant (maladroitement) sa préférence pour son fils, écrit à  Harry son ex-mari pour lui parler de leur fils, et du temps qui passe… Annabelle, elle, se débat avec un chagrin d’amour trop collant, et se confie -un peu trop parfois- à son frère. De son côté, Harry entretient une correspondance avec un rabbin, Moshe, qui lui reproche sa nouvelle activité.

{….} Ce livre m’a émue. C’est  une lecture forte.

{…}

Comme le dit si bien Cécile, ce livre est avant tout « une ode à l’amour » car chaque relation épistolaire n’est qu’une façon d’exprimer son amour, maladroitement (Monique/Annabelle), touchante (David/Harry) ou de façon humoristique/sarcastique  (Harry/Mosche). Alors, lisez ce livre, et n’oubliez pas de dire à qui vous voudrez, que vous (l’) (les) aimez…. »

 

© ma librairie virtuelle mai 2011

© Un Livre après l’autre