Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Tu-comprendras-quant-tu-seras-plus-grande

Tu comprendras quand tu seras plus grandeVirginie GrimaldiLe Livre de Poche

Lorsque le père de Julia décède, le monde s’écroule pour la jeune femme. Pour fuir cette douleur ainsi que sa vie qui vole en éclats, elle accepte un poste de psychologue au coeur de la Résidence Les Tamaris, une maison de retraite située à Biarritz. Près de l’océan, la jeune femme pense être à l’abri du chagrin qui la ronge, mais Louise, Gustave, Léon, Pierre, et tous les autres vont offrir à la jeune femme la plus  réjouissante des thérapies…

Première lecture d’un roman de Virginie Grimaldi, et véritable coup de coeur pour cette histoire fraîche, pétillante et touchante, ainsi que ces personnages qu’ils (elles) soient résidants ou soignants. De Biarritz en passant par Paris et Londres,  Julia et les personnages de cette histoire (sauf Léon ?)  montrent que nous possédons toutes et tous un courage insoupçonné, lorsque la plus cruelle des vagues s’abat sur nous.

Au final, 480 pages entre rires et larmes que je vous conseille fortement, si vous ne connaissez pas encore la plume de cette romancière !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne meurt pas d’amour – Géraldine Dalban-Moreynas

on ne meurt pas damour gdm

On ne meurt pas d’amour – Géraldine Dalban-Moreynas – Éditions Plon

« Elle a 30 ans, vient d’emménager avec son amoureux ; leur mariage est programmé en juin. Il a 30 ans, s’installe avec femme et enfant dans le même immeuble qu’elle ». Avec ces quelques lignes tirées de la quatrième de couverture, tout est dit : « On ne meurt pas d’amour » est un texte brut sur la passion amoureuse.

Qui n’a jamais aimé à en crever ? À en mourir d’aimer ? Dans ce premier roman à la plume rapide et saccadée, Géraldine Dalban-Moreyras dissèque la passion entre deux êtres sans prénoms  : « Elle et Lui », car cette histoire est universelle, elle s’adresse à toutes celles et tous ceux qui ont cru un jour que l’amour qu’ils ressentaient pour l’autre, l’histoire qu’ils vivaient avec cet « orgueil ordinaire du nous deux c’est différent » -comme le dit une célèbre chanson- était plus fort que le reste…

Au rythme des maux éprouvés, des montagnes russes traversées, « Elle » pose des mots sur les douleurs éprouvées tout au long de ce chemin tumultueux, qui l’entraîne jusqu’au précipice, jusqu’à ce gouffre immense, ce désespoir dont certain(e)s ne réchappent pas…

Extrait :

« Elle lui avait dit :

-Mais moi, je sais comment cela va finir. Tu resteras tranquillement avec ta femme et ta fille dans ton bel appartement avec parquet et moulures, et moi je vais tout perdre »…

Un premier roman au style particulier, une plume à suivre !

© Un Livre après l’autre

Qui ne se plante pas ne pousse jamais – Sophie Tal Men

9782226439857-j

Qui ne se plante pas ne pousse jamais – Sophie Tal Men – Albin Michel

Lorsque Jacqueline apprend qu’elle est malade, elle décide d’insuffler un nouveau sens à la vie des deux êtres qu’elle aime le plus au monde : Alexandre, ce jeune interne qu’elle a élevé -dont le futur mariage avec Hortense ne semble pas le rendre particulièrement heureux- ainsi que Margaux, sa petite-fille qui se noie dans un tourbillon de voyages,  afin de promouvoir la chocolaterie  familiale  « La vie, c’est comme une boîte de chocolats ».

Cette grand-mère espiègle et émouvante va entraîner les siens dans un véritable jeu de piste ! Du Cap Fréhel à Cuba, en passant par Paris, Jacqueline va offrir un vrai chemin de retour à la vie à ses petits-enfants, alors que l’inévitable se prépare. Sur cette nouvelle route  Sandy -l’assistante de Margaux-  et Raphaël -le cousin de Margaux- auront un rôle à jouer, sans oublier  Nietzche, le whippet de Jacqueline.

Après sa trilogie médicale bretonne, Sophie Tal Men propose avec « Qui ne se plante pas ne pousse jamais », un quatrième roman réjouissant,  à savourer sans hésitation, comme un carré de chocolat du meilleur cru !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

Tangerine – Christine Mangan

tangerine cm

Tangerine – Christine Mangan – Harpes Collins Noir

 

1956. Alice Shipley vit à Tanger avec son mari John. La chaleur, la foule -la ville qui menace de s’embraser à tout moment- empêchent la jeune femme d’y vivre pleinement, de profiter de cette vie marocaine, offerte par son union avec John. Les paysages, les odeurs, le thé que l’on déguste brûlant ne charment pas la jeune femme. Lorsque Lucy Mason, sa colocataire de Bennington impose sa présence, c’est le début d’une longue descente aux enfers…

Que cache réellement Alice ? Tanger est elle vraiment une ville dangereuse ? De quoi a-t-elle peur ? Pourquoi Lucy impose-t-elle sa présence ?

Cette histoire emporte le lecteur au coeur d’une âme humaine tourmentée, et dessine peu à peu les lumières et (toutes) les ombres d’une amitié, au son des voix de Alice et Lucy.

Avec « Tangerine »,  Christine Mangan offre un premier roman ensorcelant à souhait ! La plume de cette jeune romancière redonne le goût du VRAI roman noir, de l’ambiance angoissante qui happe le lecteur jusqu’au dénouement final implacable !

Et si vous vous laissiez tenter par une escapade marocaine ?

© Un Livre après l’autre

Extrait :

« Cela faisait plus d’un an à présent, mais la brume persistait, je semblais incapable de me sortir de ce labyrinthe. C’est mieux ainsi, avait dit ma tante plus tard, lorsque j’avais mentionné cette patine nébuleuse qu’avaient prise mes souvenirs, et le fait que je ne me rappelais plus les détails de cette terrible nuit, ni des jours suivants. Laisse tout ça au passé, m’avait-elle conseillé, comme si les souvenirs étaient des objets qu’on pouvait ranger dans des boîtes assez solides pour ne plus jamais laisser échapper les secrets qu’elles contenaient. »

 

La Mélancolie du Kangourou – Laure Manel

la melancolie du kangourou lm

La Mélancolie du Kangourou – Laure Manel – Éditions Michel Lafon

Raphaëlle et Antoine forment un couple heureux,  l’arrivée d’un enfant va venir couronner ce bonheur ; mais  le destin en décide autrement, Raphaëlle décède pendant l’accouchement. Anéanti par le chagrin, Antoine n’arrive pas à prendre sa place de père au quotidien, c’est donc Rose, une jeune femme pétillante que la vie n’a pas épargnée, qui va prendre soin de Lou…

Avant la parution de « L’ivresse des libellules », en avril prochain, je vous invite -si vous ne connaissez pas la plume de l’auteure- à plonger dans « La Mélancolie du Kangourou ». Une histoire bouleversante, captivante, dans laquelle Antoine et Rose vont vous montrer l’importance de faire confiance en la vie !

© Un Livre après l’autre

Les terres saintes – Amanda Sthers

 

les terres saintes amanda sthers

Les terres saintes – Amanda Sthers – Editions Stock

 

amanda sthers lts

 

Le 16 janvier, « Holy lands » est sorti au cinéma, une version cinématographique du roman d’Amanda Sthers. J’avoue, j’attendais ce film avec impatience.  Je vous propose de retrouver, ci-dessous, la chronique (synthétisée) que j’avais écrite et publiée en mai 2011,  sur un ancien support virtuel.

 

« Ayant apprécié l’écriture d’Amanda Sthers lors de la lecture de son premier récit : Ma place sur la photo, j’ai eu l’opportunité de proposer ce livre en achat à la Médiathèque. Ma proposition ayant été retenue, j’ai eu la chance de pouvoir le lire en priorité. Une lecture bouleversante.

L’histoire : La famille Rosenmerck : Le père Harry, la mère Monique, la fille Annabelle et le fils David, échangent des mails, des lettres… Harry ne parle plus (et n’écrit pas) à son fils depuis qu’il a découvert l’homosexualité de celui-ci, Monique tente de parler avec sa fille en cachant (maladroitement) sa préférence pour son fils, écrit à  Harry son ex-mari pour lui parler de leur fils, et du temps qui passe… Annabelle, elle, se débat avec un chagrin d’amour trop collant, et se confie -un peu trop parfois- à son frère. De son côté, Harry entretient une correspondance avec un rabbin, Moshe, qui lui reproche sa nouvelle activité.

{….} Ce livre m’a émue. C’est  une lecture forte.

{…}

Comme le dit si bien Cécile, ce livre est avant tout « une ode à l’amour » car chaque relation épistolaire n’est qu’une façon d’exprimer son amour, maladroitement (Monique/Annabelle), touchante (David/Harry) ou de façon humoristique/sarcastique  (Harry/Mosche). Alors, lisez ce livre, et n’oubliez pas de dire à qui vous voudrez, que vous (l’) (les) aimez…. »

 

© ma librairie virtuelle mai 2011

© Un Livre après l’autre

 

Je t’ai oubliée en chemin – Pierre-Louis Basse

basse.jpg

Pierre-Louis Basse – Je t’ai oubliée en chemin – Cherche-Midi

Le 2 janvier 2018, à 9h37, Pierre-Louis Basse est congédié, répudié par sa compagne.  Une rupture version XXIème siècle : un sms, puis le silence.

Dans ce court récit, l’auteur remonte le temps, revisionne le film des sept années passées avec son ex-compagne. Il plonge au coeur de sa tempête intérieure, celle qu’il ne peut endiguer lorsque pas après pas, promenade après promenade, il (re)découvre la femme envoûtante qu’est Ana,  lorsque l’absence de celle-ci devient étouffante, lorsqu’il se remémore les quelques signes annonciateurs d’un clap de fin pour cette passion.

De Paris à l’Île aux Moines, en passant par  les vertes plaines de Bernay,  Pierre-Louis Basse marche, consigne ses souvenirs dans un texte intime, afin de retrouver la vie -à travers la joie d’être grand-père, entre autre.

« Je t’ai oubliée en chemin » est le récit d’un chagrin dompté, mais également un témoignage sociétal sur les changements que subissent nos villes et nos campagnes, depuis des années.

Un texte à découvrir, si cela n’est pas encore fait !

© Un Livre après l’autre

Mon gamin – Pascal Voisine

mon-gamin-pv-e1519455025324.jpeg

Mon gamin – Pascal Voisine – Éditions Calmann Levy

Août 2017, retiré de la scène musicale depuis vingt ans, Marc Alder -de son vrai nom Thierry Poivet- replonge dans l’été de ses 14 ans, alors qu’il se rend à l’enterrement de son ex belle-mère. Une cérémonie à laquelle il a été convoqué…

« Mon gamin » est un premier roman que je ne peux que vous conseiller, tant l’histoire dans laquelle l’auteur nous emporte est touchante, tout comme le sont les différents protagonistes du drame dont l’auteur brosse le portrait. Pascal Voisine remonte le temps, égraine les souvenirs de son jeune héros, ouvre un peu plus la porte sur l’été 1977, ce pan de vie qui rejaillit avec fracas dans la tête de l’ancien chanteur à succès.

De la « Bande Originale de sa vie » à la mort d’Elvis Presley, des chemins bordant l’Hôpital psychiatrique -décor du drame qui s’est tissé- à sa retraite anticipée vingt ans plus tôt, Marc Alder pourra t-il enfin faire la paix avec son passé lors de ce retour au pays de l’adolescence ?…

© Un Livre après l’autre