Prix Infiniment Quiberon – 2019

Prix Infiniment Quiberon, deuxième édition !

Rendez-vous à Quiberon, les 27 et 28 avril, pour connaître les lauréats 2019 !

11 romans sont en lice pour l’édition 2019

 

Du côté des romans :

  • Ma vie de Saint – François-Xavier Delmas – Anne Carrière
  • Tant que se dresseront les pierres – Marina Dédéyan – Plon
  • Einstein, le sexe et moi – Olivier Liron – Alma
  • Loup et les hommes – Emmanuelle Piriotte – Cherche-Midi
  • Douce – Sylvia Rozelier – Le Passage
  • Le dernier bain – Gwenaële Robert – Robert Laffont

 

Du côté des polars :

 

  • Et le mal viendra – Jérôme Camut et Nathalie Hug – Fleuve Noir
  • Arcane Médicis – Samuel Delage – De Borée
  • Apocryphe – René Manzor – Calmann-Levy
  • L’aigle de sang – Marc Voltenauer – Slatkine & Cie
  • Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

 

© Un Livre après l’autre

 

 

Ma vie de saint – François-Xavier Delmas

 

ma vie de saint fx delmas

Ma vie de saint – François-Xavier Delmas – Éditions Anne Carrière

Extrait :

« Monsieur, pourquoi n’écrivez-vous pas un livre sur Saint François-Xavier ? me lance un jour mon père. Vous portez son nom. Vous êtes Basque. Et vous avez voyagé en Chine, au Japon, en Inde. Comme lui. »

 

Afin de donner à ce père distant, violent -parfois- l’attention qu’il attend de lui,  l’auteur se lance dans un périple,  celui qui le mène sur les traces de ce Saint dont il porte le nom ; en parallèle de la vie de son illustre homonyme, il met en lumière son enfance, dans cette famille si particulière qui est la sienne, sa construction, son parcours intime.

« Ma vie de saint » est un premier roman à la plume touchante, drôle, grinçante, qui entraîne le lecteur dans les brûlures de l’enfance, celles qui donnent des envies « d’ailleurs »,  celles qui conduisent vers un chemin de vie atypique…

Un premier roman à ne pas manquer !

François-Xavier Delmas est le créateur de Le Palais des thés. Vous pouvez le retrouver sur son blog  https://www.chercheurdethe.com/

© Un Livre après l’autre

Villa Taylor – Canesi & Rahmani

Villa Taylor Canesi et Rahmani

Lorsque Moune décède, elle lègue l’ensemble de ses biens à sa petite-fille, Diane. Au cœur de ceux-ci, la «Villa Taylor», un joyau architectural situé à Marrakech. De Winston Churchill à Yves Saint-Laurent, chaque visiteur a laissé son empreinte dans cette Villa, tout comme le fantôme de la mère de Diane…

Ne voulant renouer avec ce passé responsable de ses blessures les plus profondes- Diane s’octroie une seule journée à Marrakech ; son unique but  :  se débarrasser de ce lourd héritage, afin de retrouver au plus vite le rôle qu’elle s’est forgée à force de ténacité : celui d’une femme d’affaire implacable, au sein d’une banque parisienne. C’est sans compter sur l’ensorcelante «Villa Taylor», prête à livrer les secrets de son enfance déchirée…

Voyage littéraire captivant et dépaysant, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman qui vous propulse en quelques pages au cœur de l’histoire d’une demeure mystérieuse, de ses jardins, de ses pièces regorgeant de trésors. À l’image d’un livre d’or, la demeure légendaire égrène ses souvenirs, et livre  à ses lecteurs, les dernières pièces du puzzle, afin de libérer ses fantômes…

© Les Chroniques de Mlv –   18-02-2017

© Un livre après l’autre

Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri – David Lelait-Helo

C’est en écoutant CE générique, un vendredi soir dans le salon familial, que le destin de Milou est bouleversé. Semaine après semaine, l’adolescent ne va vivre que pour ce rendez-vous télévisuel, ce rendez-vous avec UNE voix. Le futur du jeune garçon est alors tout tracé :  «Quand je serai grand,  je serai Nana Mouskouri !» répète-t-il à ceux qui veulent bien l’écouter… 

QUAND JE SERAI GRAND, JE SERAI NANA MOUSKOURI -D LHELO

Ce rêve de devenir celle qui a bouleversé sa vie par sa voix, il le doit à la diffusion  de «L’amour en héritage»  une saga en huit épisodes, dont l’héroïne principale -Maggie Lunel- est interprétée par Stefanie Powers -oui, oui, la sublime actrice qui interprètera également le personnage de Jennifer Hart, dans la série « L’amour du risque».

Telles des lettres d’or sur le fronton d’une grande salle de spectacle,  le nom  de Nana Mouskouri scintille dans le cœur et la tête de Milou ; c’est son talisman, son doudou, son refuge, il ne vit que pour ces instants volés tout comme pour ceux passés auprès de mamie Aimée, cette grand-mère adorée dont il va s’occuper avec tendresse, et maturité.

D’une plume tendre, l’auteur revient  avec bienveillance,  lucidité, sur le parcours de cet adolescent, sur son rêve, sur sa relation avec cette grand-mère partie trop tôt, avec en toile de fond, cette grande chanteuse, cette femme dont les multiples succès musicaux ont enchanté toute une génération, et bien plus encore. 

© Les Chroniques de Mlv – 08 01-2017
© Un livre après l’autre

Les grandes et les petites choses – Rachel Khan

Les grandes et les petites choses Rachel Khan

Nina est le fruit de parents aux antipodes. Noire et juive, elle cultive deux mémoires bien présentes, et essaie de se construire un avenir. Avec toute la richesse culturelle qu’elle possède, les portes devraient s’ouvrir, le monde l’accueillir ;  il n’en est rien. De la salle de danse où elle rêve de devenir un petit rat, aux bancs de l’Assas qui la portent vers une carrière dédiée à faire régner la justice,  elle subit  l’antisémitisme et la xénophobie (l’épisode de la copie est édifiant !).

Un hasard, et la voici qui rejoint un club d’athlétisme, un endroit où elle peut enfin respirer, être elle-même, jusqu’à cette nouvelle (mauvaise) rencontre qui lui impose le silence.

Rachel Khan livre un premier roman solaire, une formidable écriture qui transmet l’énergie de Nina, sa volonté farouche d’aller de l’avant, de se relever, avant de trouver sa place.

Un roman à ne pas manquer !

© Les Chroniques de Mlv – 06-03-2016

© Un livre après l’autre

Une femme blessée – Marina Carrère d’Encausse

Une femme blessée MCD

Dans un petit village du Kurdistan irakien, Fatimah vit avec son mari et ses enfants,  sous l’œil vil de sa belle-famille -principalement celui de sa belle-mère. Bien que depuis quelque temps la vie ne soit plus comme avant, Fatimah fait de son mieux, comme un bon petit soldat. Lorsqu’un nouveau maître arrive dans l’école de sa fille, c’est une bulle d’oxygène pour la jeune femme, prisonnière d’une vie où le moindre de ses gestes est étudié, amplifié, où tout lui est interdit. Un jour, sa belle-famille la dépose à l’Hôpital, après un «accident domestique».

Marina Carrère d’Encausse explore avec élégance, la vie de toutes ces femmes, leurs séquelles physiques et psychiques, après ces crimes perpétrés au nom d’un honneur bafoué. La reconstruction de Fatimah sera longue, les mystères qui entourent cet «accident» seront dévoilés peu à peu. La jeune femme se reconstruira grâce à la parole, à l’écoute d’un médecin, à l’oreille attentive d’une amie dans le deuil, afin que les prémices d’une nouvelle vie s’offrent à cette femme brisée, et digne.

Marina Carrère d’Encausse signe un premier roman réussi, bouleversant, qui se lit en apnée.

© Les Chroniques de Mlv – 31-01-2016

© Un livre après l’autre