Victor Kessler n’a pas tout dit – Cathy Bonidan

Victor-Keler-n-a-pas-tout-dit

Victor Kessler n’a pas tout dit – Cathy Bonidan – Éditions de la Martinière

« Victor Kessler n’a pas tout dit » est un roman à deux voix. Celle de Bertille,  une femme brisée, réfugiée à Paris. Celle de Victor, un coupable idéal quarante cinq ans plus tôt, le 17 novembre 1973, lorsque le corps d’une enfant de dix ans est retrouvé dans un lac près de Saintes-Fosses.

Tout commence dans un centre commercial. Un vieil homme s’écroule devant Bertille. Dans la panique, celle-ci récupère le cabas du vieil homme. À l’intérieur, des pages rédigées par un certain Victor Kessler aiguise sa curiosité.

De cette rencontre entre deux solitudes naît une volonté, celle de remonter le temps, voire d’aller sur place, afin de découvrir la vérité. Chacun est persuadé que tout n’a pas été dit, que des secrets se cachent encore au cœur des terres vosgiennes de leur enfance. Aidée, poussée par Victor, Bertille retourne dans les Vosges. En menant l’enquête sur le meurtre de Simon Dulac, elle va retrouver ce qu’elle avait fuit : sa propre histoire, celle d’une adolescence détruite par un mystère familial.

Cathy Bonidan signe un roman puissant, saisissant, que je vous recommande chaudement ! Un roman à suspense parfait pour  les soirées d’automne à venir !

© Un Livre après l’autre

 

 

Va où le vent te berce – Sophie Tal Men

Va-ou-le-vent-te-berce stm

Sophie Tal Men – Va où le vent te berce – Albin Michel

Lorsque Matthieu récupère sa cousine Anna à l’aéroport, la jeune femme est sonnée par l’uppercut que la vie vient de lui asséner.

Gabriel, lui, est un être meurtri. C’est auprès de  Giagià et Papouss qu’il a appris à continuer à vivre, avec son frère Evann.

Quel bonheur de retrouver la plume de Sophie Tal Men avec ce cinquième roman « Va où le vent te berce » ! Au fil des pages, la romancière réunit deux êtres blessés. Grâce au petit Andréa, c’est le métier de berceur de bébés qui est mis en avant.  Gabriel va s’embarquer par hasard dans celui-ci, mais le hasard existe-t-il ? Adoucir la vie, soulager, prendre le relais, le jeune homme va se révéler dans ce rôle qu’il endosse à la perfection, au fur et à mesure que l’histoire avance…

« Va où le vent te berce » est un roman touchant, rythmé par l’émotion à chaque page. Si vous avez lu la trilogie médicale bretonne de Sophie Tal Men,  ce sera l’occasion de retrouver Anna, pour les autres, vous découvrirez ce personnage plein d’énergie qui va peu à peu revenir dans la vie.

Sorti avant le confinement, ce roman a toutes les qualités pour se glisser dans votre sac de plage ou votre valise, pendant cet été 2020,  car une fois commencé, cette histoire ne se lâche pas !

« Va où le vent te berce » est assurément UN de mes romans de l’été !

© Un Livre après l’autre

 

Les bouées jaunes -Serge Toubiana

Les-bouees-jaunes

Les bouées jaunes – Serge Toubiana – Folio

Il est parfois difficile de parler d’un texte bouleversant…

En 2017, Serge Toubiana perdait son épouse, Emmanuèle Benheim, après trente ans de vie commune.

Un seul mot me vient en tête après avoir refermé « Les bouées jaunes » : solaire, même dans la mort, Emmanuèle Bernheim est solaire.

Serge Toubiana remonte le temps,  égraine l’histoire familiale de son épouse, leur amitié, les années passées à se frôler professionnellement avant de se rendre à l’évidence, et construire leur Maison du Bonheur sur une île bretonne -cette île est magique, comme je comprends le coup de cœur !

Message d’amour à sa femme ainsi qu’à la scénariste et auteure, il puise dans son oeuvre et envoie un message d’amour à « cette femme qui écrivait vite pour que cela aille vite »…

Si comme moi vous n’avez pas lu « Stallone » d’Emmanuèle Bernheim, vous n’écouterez plus cette chanson comme avant, après la lecture des « bouées jaunes ».

© Un Livre après l’autre

Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Tu-comprendras-quant-tu-seras-plus-grande

Tu comprendras quand tu seras plus grandeVirginie GrimaldiLe Livre de Poche

Lorsque le père de Julia décède, le monde s’écroule pour la jeune femme. Pour fuir cette douleur ainsi que sa vie qui vole en éclats, elle accepte un poste de psychologue au coeur de la Résidence Les Tamaris, une maison de retraite située à Biarritz. Près de l’océan, la jeune femme pense être à l’abri du chagrin qui la ronge, mais Louise, Gustave, Léon, Pierre, et tous les autres vont offrir à la jeune femme la plus  réjouissante des thérapies…

Première lecture d’un roman de Virginie Grimaldi, et véritable coup de coeur pour cette histoire fraîche, pétillante et touchante, ainsi que ces personnages qu’ils (elles) soient résidants ou soignants. De Biarritz en passant par Paris et Londres,  Julia et les personnages de cette histoire (sauf Léon ?)  montrent que nous possédons toutes et tous un courage insoupçonné, lorsque la plus cruelle des vagues s’abat sur nous.

Au final, 480 pages entre rires et larmes que je vous conseille fortement, si vous ne connaissez pas encore la plume de cette romancière !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le faisceau des vivants – Valérie Zenatti

DANSLEFAISCEAUDESVIVANTS VALERIE ZENATTI.jpg

Dans le faisceau des vivant – Valérie Zenatti – Éditions de l’Olivier

« Dans le faisceau des vivants » de Valérie Zenatti est un livre particulier, un texte sur le désarroi qui a été le sien à l’annonce de la mort d’Aharon Appelfeld, le grand auteur israélien dont elle est la traductrice depuis de nombreuses années.

Choquée par cette nouvelle qui la cueille alors qu’elle s’apprête à prendre un avion pour Tel-Aviv, afin de rendre visite à son ami hospitalisé, la romancière entame alors un voyage troublant, dans lequel la voix, les textes d’Aharon Appelfeld, sa vie,  résonnent à chacun de ses pas.

Comment continuer son propre chemin alors qu’un être cher vient de vous quitter ? En partageant sa douleur, les silences et les mots échangés avec l’homme qu’elle admirait, son parcours d’adolescente déracinée jusqu’à sa rencontre avec les textes du grand écrivain, Valérie Zenatti va au bout d’une autre quête, celle de comprendre et éteindre ce tremblement intérieur qui ne la quitte pas. C’est en explorant   Czernowitz, là où le destin et la folie des hommes ont brisé l’enfance du petit Erwin -devenu plus tard Aharon- que son voyage s’arrêtera, afin de laisser la place à un autre chemin, celui à écrire sans la présence bienveillante de son ami écrivain.

Livre après livre, la plume de Valérie Zenatti continue de me toucher et je ne peux que vous encourager à découvrir ce livre si particulier qu’est « Dans le faisceau des vivants ». Un texte fort sur ce lien unique entre deux êtres. Un livre qui donne envie de (re)découvrir l’oeuvre de Aharon Appelfeld sous la traduction de Valérie Zenatti.

Ce livre a reçu le PRIX ESSAI 2019 de France Télévisions

 

Extrait :

« Écris, continue d’effleurer les tendons et les nerfs les plus sensibles en toi, ne cherche pas à être trop intelligente, ne sois pas trop modeste non plus, sois simplement toi, et ne laisse personne t’empêcher d’aller là où tu sens que tu dois aller.« 

© Un Livre après l’autre

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand – Véronique Grisseaux – Cécile Bidault

Les_gens_heureux_lisent_et_boivent_du_cafe_hd.png

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand – Véronique Grisseaux -Cécile Bidault – Éditions Michel Lafon

Depuis la perte de son mari et de sa fille, Diane sombre inexorablement, seul Félix (son ami/confident/associé) est autorisé à entrer chez elle. Lorsque celui-ci lui impose des vacances communes afin de l’arracher à l’ambiance délétère de son appartement, Diane décide de contrecarrer son projet en partant seule ; son choix se porte sur l’Irlande. Dans le silence d’un cottage irlandais, celle-ci pense poursuivre sa fuite, et continuer à « faire son deuil »…

Véronique Grisseaux et Cécile Bidault offrent une nouvelle mise en avant du roman d’Agnès Martin-Lugand, grâce à ce beau roman graphique aux couleurs et aux dessins si représentatifs de l’histoire initiale, celles et ceux qui ont lu le roman retrouveront dès les premières planches l’ambiance, les lieux ainsi que les évènements principaux de celui-ci ;  pour les autres, ils découvriront une femme cherchant désespérément à éviter le chemin d’un retour à la vie,  mais à trop vouloir l’éviter, celle-ci vous rattrape bien souvent…

« Les gens heureux lisent et boivent du café » version roman graphique est une jolie découverte !

© Un Livre après l’autre

La Mélancolie du Kangourou – Laure Manel

la melancolie du kangourou lm

La Mélancolie du Kangourou – Laure Manel – Éditions Michel Lafon

Raphaëlle et Antoine forment un couple heureux,  l’arrivée d’un enfant va venir couronner ce bonheur ; mais  le destin en décide autrement, Raphaëlle décède pendant l’accouchement. Anéanti par le chagrin, Antoine n’arrive pas à prendre sa place de père au quotidien, c’est donc Rose, une jeune femme pétillante que la vie n’a pas épargnée, qui va prendre soin de Lou…

Avant la parution de « L’ivresse des libellules », en avril prochain, je vous invite -si vous ne connaissez pas la plume de l’auteure- à plonger dans « La Mélancolie du Kangourou ». Une histoire bouleversante, captivante, dans laquelle Antoine et Rose vont vous montrer l’importance de faire confiance en la vie !

© Un Livre après l’autre

Je t’ai oubliée en chemin – Pierre-Louis Basse

basse.jpg

Pierre-Louis Basse – Je t’ai oubliée en chemin – Cherche-Midi

Le 2 janvier 2018, à 9h37, Pierre-Louis Basse est congédié, répudié par sa compagne.  Une rupture version XXIème siècle : un sms, puis le silence.

Dans ce court récit, l’auteur remonte le temps, revisionne le film des sept années passées avec son ex-compagne. Il plonge au coeur de sa tempête intérieure, celle qu’il ne peut endiguer lorsque pas après pas, promenade après promenade, il (re)découvre la femme envoûtante qu’est Ana,  lorsque l’absence de celle-ci devient étouffante, lorsqu’il se remémore les quelques signes annonciateurs d’un clap de fin pour cette passion.

De Paris à l’Île aux Moines, en passant par  les vertes plaines de Bernay,  Pierre-Louis Basse marche, consigne ses souvenirs dans un texte intime, afin de retrouver la vie -à travers la joie d’être grand-père, entre autre.

« Je t’ai oubliée en chemin » est le récit d’un chagrin dompté, mais également un témoignage sociétal sur les changements que subissent nos villes et nos campagnes, depuis des années.

Un texte à découvrir, si cela n’est pas encore fait !

© Un Livre après l’autre

Avec toutes mes sympathies – Olivia de Lamberterie

avec toutes mes sympathies

Avec toutes mes sympathies – Olivia de Lamberterie – Stock

« Avec toutes mes sympathies » est le premier roman de Olivia de lamberterie, et mon troisième coup de coeur de cette rentrée littéraire.

Avec ce texte solaire, cet hommage bouleversant à son frère -rattrapé par la maladie un jour d’automne, au cœur de Montréal sa nouvelle ville d’adoption- Olivia de Lamberterie livre un témoignage poignant sur la perte d’un être cher, les sentiments d’injustice et de colère qui dévorent « ceux qui restent ».

Cadaquès, Paris, Montréal, la plume glisse sur le papier,  focus sur ces instants de bonheurs familiaux, de moments intimes, de souvenirs prémonitoires, funestes ;  le manque de ce frère flamboyant est palpable.

Et si c’était cela « faire son deuil » ? Raconter ce chemin  rugueux et violent sur lequel toute la famille a été propulsée dès les premières crises de mal-être d’Alexandre…

 

Olivia de Lamberterie transmet les mots des autres, ceux qui l’ont émue ; elle peut désormais continuer à nous livrer les siens.

© Un Livre après l’autre

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

changer l'eau des fleurs vp

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin – Albin Michel

Dans ce roman, Valérie Perrin conte le destin de Violette Trenet, une jeune fille née sous X. Quelques années plus tard, Violette a épousé Philippe Toussaint. Celui-ci s’avère être violent, volage et fainéant. Face aux fugues régulières de son époux, celle-ci ne se plaint pas, et travaille jusqu’à épuisement…

 

Lire «Changer l’eau des fleurs» de Valérie Perrin, c’est être happé par des mots, «Je m’appelle Violette Toussaint. J’ai été garde-barrière, maintenant, je suis garde-cimetière». C’est partir à la rencontre de Violette, de sa profession, de ces multiples histoires familiales dont elle peut témoigner, de son destin.  C’est ouvrir les journaux intimes de ses voisins, découvrir des vies aux multiples nuances dans lesquelles bonheurs et sacrifices se côtoient. C’est ouvrir les volets d’un cabanon à Sormiou, nager dans des eaux cristallines,  tomber en amitié avec Célia et Sasha -Deux êtres porteurs de vie et d’espoir- c’est craquer pour Léonine,  espérer un chemin plus doux pour Violette, pleurer avec elle, boire du porto avec elle, jardiner avec elle, caresser tutti-frutti, et lorsqu’un messager toque à la porte de Violette afin de comprendre l’histoire d’Irène et Gabriel, c’est regarder le soleil se lever…

«Changer l’eau des fleurs» est un roman merveilleux !

Partez à la rencontre de Violette, si cela n’est pas encore fait !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

J’ai rendez-vous avec toi – Lorraine Fouchet

J'ai rendez-vous avec toi Lorraine Fouchet

Lorraine Fouchet fait partie des auteurs dont on aime suivre le parcours. Rencontrée il y a plusieurs années à Saint-Malo, revue il y a deux ans à Vannes, j’ai eu le plaisir de la retrouver sur le stand des Editions Héloïse D’Ormesson au Salon du Livre de Paris, elle y présentait son seizième livre,  J’ai rendez-vous avec toi.

 

Un livre plus intime que les précédents. Un récit tout en humour et tendresse, dans lequel une femme « rencontre » son père grâce à la magie de l’écriture. Lorraine Fouchet nous embarque dans un magnifique voyage de 267 pages. Elle y mélange très habilement son histoire personnelle à celle d’un homme au parcours exceptionnel : son père. Christian Fouchet a été le premier à s’engager auprès de Charles De Gaulle, un jour avant l’appel du 18 juin 1940, pour écrire l’Histoire. Les carnets de Christian Fouchet sont des bijoux, ils lui permettent de mieux connaître celui qui a croisé la route de nombreuses personnalités au destin hors du commun : Saint-Exupéry, Alexandra David-Néel, Malraux, mais aussi de découvrir les engagements, les amitiés, nés de ce parcours politique à haut risque, parfois. La romancière livre un témoignage bouleversant, celle de la femme qu’elle est devenue, en conversant avec son père. Son parcours, ses choix, -l’absence de celui qui aurait pu la guider- mais aussi ses erreurs d’enfant, le tout y est raconté avec pudeur. Des phrases qui touchent lorsque l’on sait combien se construire, grandir, peut être difficile et douloureux, sans la présence de son père. Jamais larmoyant, ce tête-à-tête littéraire entre un père et sa fille, mélange l’histoire et l’Histoire, avec beaucoup de subtilité. Un récit touchant, fort, captivant, à lire absolument !

 

Rendez-vous demain…

 

© Les Chroniques de Mlv 30-03-2014

© Un livre après l’autre