Les Papillons – Barcella

Les Papillons – Barcella – Éditions Cherche-Midi

Rencontre simple, évidente, avec ce roman d’une véritable beauté !

Alexandrin est un poète qui a perdu ses papillons. Vous savez, ces papillons au creux du ventre, ceux qui vous donnent des ailes et dont le doux murmure enlève les mauvaises herbes de votre chemin, afin d’y semer les fleurs de l’espoir et du bonheur. Après une rencontre désastreuse avec une certaine Mylène, notre rêveur est foudroyé par le charme de Marie, une jeune femme au lourd secret croisée par hasard. Emportés dans une galaxie menacée par les interdits paternels de la jeune femme, ils vont alors dessiner leur propre monde. Tout pourrait être simple et se poursuivre avec le fameux « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », comme dans les contes de fées d’un autre temps. C’est dans une autre fable, un autre rêve, que Barcella plonge son lecteur, celui du destin d’un homme dont la poésie va adoucir les épreuves du jeune couple. Alexandrin va mettre des couleurs, des feux d’artifices (oserais-je dire « des paillettes » ?) afin d’adoucir la vie de sa belle, et ce, jusqu’à cette « course aux étoiles » et même au-delà…

« Les Papillons »,  c’est une rencontre littéraire forte et évidente. Un premier roman frais, doux, sucré, rythmé, dont la poésie résonne encore bien longtemps après la lecture. Barcella offre une histoire qui dépose des étoiles dans nos yeux, ainsi que des larmes au bord de nos paupières. Au final, une ode à la vie qui fait du bien en ces temps incertains, ainsi qu’une splendide entrée en littérature pour l’auteur.

9 avril 2021

La Vie silencieuse de la guerre – Denis Drummond

laviesilencieusedelaguerre dd

La Vie silencieuse de la guerre – Denis Drummond – Cherche-Midi

Lorsque Jeanne reçoit des nouvelles de Enguerrand, le célèbre photographe de guerre, elle comprend qu’il n’est plus. Dans cette dernière lettre, il lui lègue quatre négatifs uniques, ceux capturés lors de son passage sur les conflits du Rwanda, de la Bosnie, de l’Afghanistan et d’Irak, un journal de bord accompagne ceux-ci. Il lui demande de présenter le tout à Gilles, un célèbre galeriste des quais de Seine…

Livre troublant, dérangeant -parfois- il m’a fallu du temps pour digérer cette histoire d’amour et de guerres. Du temps avant d’écrire cette chronique, car avec « La Vie silencieuse de la guerre » Denis Drummond emporte le lecteur au coeur de cette cruauté niché au coeur de territoires tombés dans un immense chaos, mais également au coeur de la beauté de l’Art, car c’est bien un hymne à la peinture qui se dessine lorsque chaque négatif révèle son secret.

En découvrant avec Gilles, le travail de Enguerrand, Jeanne -seule détentrice du leg de l’homme qu’elle a aimé- va commencer un long travail, dont la seule issue se dessinera comme une évidence…

Ce roman rend hommage aux photographes de guerre, à l’insoutenable saisi par ces hommes et ces femmes qui -à l’instar de Camille Lepage– paient de leur vie la volonté d’être les témoins et les passeurs d’images des violences et autres exactions commises sur le terrain.

Un roman dense, qui ne peut que laisser une trace indélébile après sa lecture.

© Un Livre après l’autre

 

Prix Infiniment Quiberon – 2019

Prix Infiniment Quiberon, deuxième édition !

Rendez-vous à Quiberon, les 27 et 28 avril, pour connaître les lauréats 2019 !

11 romans sont en lice pour l’édition 2019

 

Du côté des romans :

  • Ma vie de Saint – François-Xavier Delmas – Anne Carrière
  • Tant que se dresseront les pierres – Marina Dédéyan – Plon
  • Einstein, le sexe et moi – Olivier Liron – Alma
  • Loup et les hommes – Emmanuelle Piriotte – Cherche-Midi
  • Douce – Sylvia Rozelier – Le Passage
  • Le dernier bain – Gwenaële Robert – Robert Laffont

 

Du côté des polars :

 

  • Et le mal viendra – Jérôme Camut et Nathalie Hug – Fleuve Noir
  • Arcane Médicis – Samuel Delage – De Borée
  • Apocryphe – René Manzor – Calmann-Levy
  • L’aigle de sang – Marc Voltenauer – Slatkine & Cie
  • Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

 

© Un Livre après l’autre