Le craquant de la nougatine – Laure Manel

Le craquant de la nougatine – Laure Manel – Éditions Michel Lafon

D’un côté, Romain Piveteau, 42 ans, restaurateur, vit dans un tourbillon, celui de sa vie professionnelle ainsi que celui de son quotidien de papa solo ; de l’autre, Alba, comédienne, voix off, un charme éclatant, se méfiant des hommes. Lorsqu’il rencontre la jeune femme dans un bus, Romain en est chamboulé ; lui, l’homme enfermé dans un quotidien bien rodé, fuyant le bonheur auquel il ne pense plus avoir le droit, s’enflamme pour la belle rousse et souhaite la revoir ! Lui parler… enfin, essayer.

«Le craquant de la nougatine» est le septième roman de Laure Manel. Il nous plonge dans deux univers différents : le quotidien d’un restaurateur ainsi que celui d’une jeune femme posant sa voix sur des films, des publicités, des dessins animés, tout en continuant à jouer au théâtre. Deux univers qui vont s’accorder, s’enlacer pour emporter Alba et Romain vers un nouveau bonheur. De messages en rendez-vous, le temps des hésitations laissera bientôt la place au lâcher-prise pour Romain, quant à Alba, elle se débarrassera enfin d’un souvenir maternel anxiogène.

« Le craquant de la nougatine » est une comédie dès plus romantique, une ode pour (re)tomber amoureux(se) alors, laissez vous séduire et plongez dans cette histoire intense, ce délice littéraire qui ouvre bien des appétits !

Mercredi 21 juillet, à 19 heures : Live Instagram avec Laure Manel sur mon compte !

19 juillet 2021

Rencontre avec Carène Ponte !

Carène Ponte Quai des écrivains, juillet 2019, Saint-Pierre Quiberon- Photo droits réservés Quai des écrivains

Aujourd’hui, c’est une rencontre avec Carène Ponte, dont le premier roman « Un merci de trop » a été publié en 2016, à laquelle je vous invite. Son huitième roman « Vous faites quoi pour Noël ? On se marie ! » vient d’être publié aux éditions Michel Lafon il y a quelques semaines, c’est une occasion supplémentaire de retrouver Pauline et David, les héros de l’opus précédent « Vous faites quoi pour Noël ? ». Je vous invite à découvrir ses réponses ci-dessous :

Un Livre après l’autre : Bonjour Carène, première question, as-tu toujours souhaité écrire ?

Carène Ponte : Je dirais que oui… À l’âge de 10 ans, en réponse à la question qu’on nous posait à l’école « quel métier veux-tu faire plus tard ? », je notais : écrivain ; parce que je lisais beaucoup et que je voulais moi-aussi faire ressentir des émotions.

Un Livre après l’autre : Peux-tu nous raconter la genèse de ta comédie de Noël « Vous faites quoi pour Noël ? » ?

Carène Ponte : Cela faisait longtemps que j’avais envie d’écrire une comédie de noël, parce que bon, ce n’est plus un secret pour personne, j’adore cette période de l’année. Pour ce qui est de l’histoire, en fait une nuit j’ai rêvé de l’histoire de Pauline et David (enfin de la galère dans laquelle se met Pauline dans son parking) et dans mon rêve je me disais que ça ferait une super histoire pour un roman. Quand je me suis réveillée, j’ai pris des notes pour ne pas oublier ce point de départ. Et ensuite, j’ai crée Santa-les-deux-sapins et tous les personnages qui y vivent.

Un Livre après l’autre : « Vous faites quoi pour Noël ?  On se marie ! », vient d’être publiée. Pourquoi une saison 2 et non un autre roman de Noël ?

Carène Ponte : Je voulais retrouver les personnages, il me semblait que je pouvais encore passer un chouette moment avec eux. Santa-les-deux-sapins me manquait. Donc une saison 2 !

Un Livre après l’autre : D’où vient ta passion pour Noël ?

Carène Ponte : Je ne sais pas vraiment… J’ai toujours aimé l’ambiance qui règne pendant cette période. Les décorations partout dans les rues et dans les magasins, les sapins de noël, l’attente de l’ouverture des cadeaux… Et depuis que je suis maman, c’est encore plus fort, parce que s’est ajouté le plaisir de faire des cadeaux à mes enfants et de les voir les déballer en poussant des cris. C’est une période que je trouve réconfortante et qui gonfle mon cœur de chaleur.

Un Livre après l’autre : Comment arrives-tu à concilier vie professionnelle (je rappelle que tu travailles à plein temps) et écriture ?

Carène Ponte : Ce n’est pas toujours évident. J’essaie de me dégager du temps chaque jour, même un tout petit peu, pour écrire. Parfois je profite du temps de pause du midi, parfois d’un petit temps avant d’aller chercher les enfants. Le week-end c’est plus compliqué et en décembre n’en parlons pas ! J’espère uhn jour ne plus avoir à concilier les deux, et là ça voudra dire que j’ai réalisé entièrement mon rêve de petite fille.

Un Livre après l’autre : As-tu des porte-bonheurs, de la musique ou un endroit propice pour écrire ?

Carène Ponte : Pas de porte bonheur, pas de musique (parce que ça me déconcentre et je chante à tue-tête au bout de deux chansons…). J’écris dans mon bureau, quand je suis seule. Je n’ai encore jamais essayé d’aller dans un café mais lorsque la pandémie de COVID sera derrière nous, j’ai envie d’essayer.

Un Livre après l’autre : En tant que lectrice, peux-tu partager avec nous des romans ou des auteur(e)s fétiches ?

Carène Ponte : Il y a beaucoup d’autrices dont je suis fan : Lori Nelson Spielman, Marie Vareille, Sophie Kinsella, Sarah Morgan, Delphine de Vigan, Jenny Colgan et plein d’autres… J’ai récemment découvert la plume de Lucy Daniels et j’ai adoré !! Un roman coup de cœur : les derniers jours de rabbit hayes d’Anna Mcpartlin. C’est un roman que j’ai adoré !!! Et qui est en top 3 (après les 4 filles du Dr March et Autant en emporte le vent)

Un Livre après l’autre : Quelle est ta chanson de Noël préférée ?

Carène Ponte : All y want for christmas is you à égalité avec Santa claus is coming to town.

Un Livre après l’autre : Dernière question, quel est ton moment préféré des Fêtes de Noël ? 

Carène Ponte : Je crois que le moment que je préfère c’est celui où je regarde mes enfants déballer avec frénésie leurs cadeaux. Chaque année ça me fout les larmes aux yeux. Ensuite j’aime le moment où l’on fait le sapin, j’aime emballer les cadeaux, j’aime préparer le repas du 24, j’aime dresser la table avec ma vaisselle de noël (que je complète chaque année).

Cliquez sur la couverture pour commander le livre via le site www.librairiesindependantes.com

Cliquez sur la couverture pour commander le livre via le site www.librairiesindependantes.com

Je remercie infiniment Carène Ponte pour sa disponibilité, et vous invite à poursuivre l’échange avec elle via ses pages Facebook, Instagram, ainsi que son site ICI

Enfin, si vous n’avez pas lu « Les derniers jours de Rabbit Hayes » de Anna Mcpartlin, suivez le conseille de Carène Ponte !

© Un Livre après l’autre

Impact – Olivier Norek

Impact – Olivier Norek – Éditions Michel Lafon

Le sixième roman de Olivier Norek est un uppercut.

L’histoire démarre dans un pays dévasté par l’or noir, dans les pas d’un homme, Virgil Solal. Deux ans plus tard, le PDG de Total est enlevé, séquestré, selon une méthode inédite. La demande de rançon l’est tout autant. Une chasse à l’homme démarre. Le lien entre le ravisseur et les enquêteurs : une application de rencontres. Nathan Modis, le commandant de police et Diane Meyer, psychocriminologue, ne se connaissent pas. Ils vont collaborer, s’aider. Leur hiérarchie est au bord de la crise de nerf, face à cette nouvelle forme de criminalité. Car Virgil Solal est certes un criminel, mais aussi un homme meurtri depuis la mort de sa fille deux ans plus tôt. Comment arrêter un homme qui a rallié à sa cause des millions de gens à travers le monde ? Comment stopper un terroriste qui menace un ordre économique établi depuis des années ?

Avec deux enquêteurs attachants, un homme blessé qui devient un criminel, ainsi qu’une argumentation digne d’un maître du barreau, Olivier Norek signe un roman qui bouleverse, bouscule et glace. Impact est sombre et solaire à la fois. Impact parle d’économie, d’écologie, de politique, de courage, et de tant d’autres choses, que vous ne le lâcherez pas avant la dernière page !

Extrait :

« – Il est inquiétant de constater la gêne de cette cour lorsque l’on prétend attaquer l’État. Pourtant, il me semble qu’un patron n’aurait pas tant de scrupules face à son employé. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Les ministres et nos présidents, ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain, sont sans offense aucune, de simples employés. En l’élisant, nous engageons le chef de l’État, mais aussi son équipe. Nous payons leurs salaires confortables, leurs voitures, leurs chauffeurs, leurs agents de sécurité, leurs téléphones, leurs ordinateurs, leurs déplacements, leurs avions, leurs locaux professionnels, leurs secrétaires, leurs attachés, leurs repas, leurs défraiements, et j’en passe autant qu’il en reste. Nous leur avons donné le pouvoir et les moyens de nous représenter et de nous protéger, ils en ont accepté la responsabilité, et cette responsabilité est la base même de leur devoir. Pendant longtemps nous avons cru que tous nos problèmes pouvaient être résolus par un gouvernement. Nous ne regardions pas, nous faisions confiance, comme des enfants s’endorment à l’arrière de la voiture de leurs parents, bercés par la certitude d’être en sécurité, même à tombeau ouvert. Mais aujourd’hui, nous sommes réveillés, éveillés, nous les regardons et nous nous posons cette question : face au plus grand danger de l’histoire de l’humanité, sont-ils à la hauteur ? »

© Un Livre après l’autre

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand – Véronique Grisseaux – Cécile Bidault

Les_gens_heureux_lisent_et_boivent_du_cafe_hd.png

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand – Véronique Grisseaux -Cécile Bidault – Éditions Michel Lafon

Depuis la perte de son mari et de sa fille, Diane sombre inexorablement, seul Félix (son ami/confident/associé) est autorisé à entrer chez elle. Lorsque celui-ci lui impose des vacances communes afin de l’arracher à l’ambiance délétère de son appartement, Diane décide de contrecarrer son projet en partant seule ; son choix se porte sur l’Irlande. Dans le silence d’un cottage irlandais, celle-ci pense poursuivre sa fuite, et continuer à « faire son deuil »…

Véronique Grisseaux et Cécile Bidault offrent une nouvelle mise en avant du roman d’Agnès Martin-Lugand, grâce à ce beau roman graphique aux couleurs et aux dessins si représentatifs de l’histoire initiale, celles et ceux qui ont lu le roman retrouveront dès les premières planches l’ambiance, les lieux ainsi que les évènements principaux de celui-ci ;  pour les autres, ils découvriront une femme cherchant désespérément à éviter le chemin d’un retour à la vie,  mais à trop vouloir l’éviter, celle-ci vous rattrape bien souvent…

« Les gens heureux lisent et boivent du café » version roman graphique est une jolie découverte !

© Un Livre après l’autre

Un week-end à Quiberon – Fête du Livre 2018

Quatrième année d’animations de cafés littéraires sur La Fête du Livre de Quiberon…

 

31531348_10213431198268983_3080602730635670040_n (1)

Café Littéraire avec Laurence Peyrin 29/04/2018 –  Photo droits réservés Laurence Forin

 

Pour cette édition 2018, mille mercis à :

  • Jean-Paul Didierlaurent (ainsi qu’à la discrète Sabine) pour le moment de partage à la médiathèque de Carnac pour cette rencontre consacrée à La fissure !

JP DIDIERLAURENT

Jean-Paul Didierlaurent – Photo droits réservés Karine Baudot

 

Claire Barré – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Elsa, ton émotion lors de la remise du Prix Infiniment Quiberon était un cadeau supplémentaire, pour celles et ceux qui souhaitaient tant que tu sois récompensée et encouragée…

.31445079_10213427643660120_4500390484319623837_n1.jpg

Remise du Prix Infiniment Quiberon catégorie Polar à Elsa Roch pour Oublier nos promesses – Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Alexis,  ravie d’avoir été guidée vers un de tes livres, il y a deux ans, et d’avoir participé à la remise du Prix pour Niels

ARAGOUGNEAU

Remise du Prix Infiniment Quiberon catégorie roman à Alexis Ragougneau pour Niels – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Jean-François Kervéan, Olivier Bellamy, je n’ai pas de mots pour vous dire combien je suis si heureuse d’avoir animé ce café littéraire…

31530940_10213427648900251_5444589683168894761_n

Café littéraire avec Jean-François Kervéan et  Olivier Bellamy –

Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Pascal Voisine, merci pour ta sincérité et ta simplicité lors de notre café littéraire ! Longue vie à « Mon gamin » !PASCALVOISINE

Pascal Voisine – Photo droits réservés Karine Baudot

 

  • Geneviève Brisac, merci pour votre  lecture si émouvante  de « Le chagrin d’aimer », pour ouvrir ce café littéraire.

31466806_10213431187588716_1063526789777534403_n

Café littéraire avec Geneviève Brisac – Photo droits réservés Laurence Forin

 

  • Laurence, tellement heureuse d’avoir partagé avec toi un peu plus que ce café littéraire, grâce à nos trajets en voiture ! Je remercie également Gérard Collard, car il m’a donné envie de rencontrer Miss Cyclone !31484081_10213431198548990_3547959520789532548_n

 

Olivier, quelle joie de récompenser Entre deux mondes, un roman si puissant, grâce à Samuel et Les Petits Mots des Libraires ! Merci pour ce magnifique souvenir ! IMG_3208.jpg

Photo souvenir avec Samuel Delage et Olivier Norek

 

Comme chaque année, des mercis à foison pour les bénévoles de ce week-end littéraire…

Un clin d’œil à la jeune Carla, si elle passe par là…

© Un Livre après l’autre

 

 

 

 

 

 

 

aire Barré, Elsa Roch, Jean-François Kervéan, Olivier Bellamy, Laurence Peyrin, Geneviève Brisac, Pascal Voisine, et

 

 

Quelques photos (je remercie Karine Baudot et Laurence Forin pour ces superbes clichés), et des merci à foison pour

 

Le plaisir

 

 

 

Je renouvelle ici mes chaleureux remerciements à Florence, Alexandre et  Marie-Claude (ils savent pourquoi…) ainsi qu’à toutes les personnes qui œuvrent pour cette fantastique manifestation.

 

Entre deux mondes – Olivier Norek

received_10214819237775158

Entre deux mondes – Olivier Norek – Éditions Michel Lafon

Nouvelle chronique dans le cadre du partenariat UN BLOG/UN LIBRAIRE pour la région Bretagne de la team des Petits Mots des Libraires !

En duo avec la Librairie de Port Maria, située à Quiberon, notre choix s’est porté sur «Entre deux mondes», d’Olivier Norek. Un roman saisissant.

L’histoire : Deux destins. Un même métier.
Adam est un flic  dont la vie est  menacée dans son pays.
Bastien vient d’intégrer son nouveau poste à Calais.

Dans une région qui concentre les peurs d’hommes et de femmes en quête d’espoir, les obligations de ceux traversant Calais pour le travail et les vies de celles et ceux qui y résident, Adam et Bastien vont se rencontrer, se côtoyer, nouer une amitié, mener une enquête ; se lier avec ces êtres humains blessés, brisés, échoués au cœur de cette Jungle qui porte bien son nom,  tant l’inhumanité y est présente. Une voix va faire écho à toutes ces vies, bousculant Adam, puis Bastien. Ils n’auront plus le choix, et franchiront la ligne rouge…

Olivier Norek signe un quatrième roman percutant, bouleversant. Vous plongerez en apnée dans cette histoire, et  celle-ci vous poursuivra bien après la dernière page…

Entre_deux_mondes_hd.png

© Un Livre après l’autre