Poste restante à Locmaria – Lorraine Fouchet

eho_fouchet-4c-252x368

Poste restante à Locmaria – Lorraine Fouchet – EHO

 

S’il n’y avait pas de fêlure, on n’écrirait pas. La fêlure est là. La fêlure, c’est ce qui vous fait écrire. Jean d’Ormesson.

 

À quelques jours de l’été, plongez dans le nouveau roman de Lorraine Fouchet Poste restante à Locmaria –dernier opus de sa trilogie bretonne- la romancière offre un voyage littéraire ponctué de rires et de larmes, de joies et de peines, d’embruns, de soleil, de références italiennes et bretonnes.

Chiara, vingt-cinq ans, élevée dans le culte d’un père mort avant sa naissance, apprend, le soir de son anniversaire, que  ce père absent n’est peut-être pas son vrai père…

Sous le choc de cette révélation, la jeune femme débarque sur l’île de Groix, ce morceau de terre inconnue pour elle, afin de percer le mystère autour de ce secret de famille qui a empoisonné toute son enfance. En offrant à le jeune italienne une renaissance, la Bretagne -un brin farceuse-  livrera à Chiara bien plus que des réponses sur sa naissance…

Dans Poste restante à Locmaria Lorraine Fouchet exprime une nouvelle fois son amour pour Groix -«son» île- avec une immersion au coeur des familles groisillonnes …

© Un Livre après l’autre

 

Lorraine Fouchet

lorraine fouchet itv

Lorraine Fouchet au Salon du livre de Paris 22 mars dernier

Photo : droits réservés Les Chroniques de Mlv

 

Sur le Salon du Livre de Paris, j’ai pu convenir d’un rendez-vous avec Lorraine Fouchet, afin de pouvoir échanger sur son actualité littéraire…

Tout d’abord, j’ai voulu en savoir un peu plus sur son arrivée dans la maison d’édition Héloïse d’Ormesson. Tout en restant en bon terme avec son éditeur précédent, c’était « un changement important » -m’a-t-elle confié- car il lui a permis de revenir vers « son éditeur historique ». En effet, après avoir débuté sa carrière auprès de Françoise Verny, la romancière a, par la suite, travaillé avec Héloïse d’Ormesson ; « lorsque l’on connaît le lien de parenté entre Héloïse et Jean D’Ormesson », J’ai rendez-vous avec toi ne pouvait être publié que par la maison EHO. Puis, je lui ai demandé comment elle sélectionnait les musiques qu’elle partage avec ses lectrices, en fin de livre, depuis trois romans. « Les titres viennent vers elle naturellement,  au fur et à mesure qu’elle écrit » (je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, ma curiosité musicale est toujours éveillée, lorsque je découvre les playlists qui accompagnent les auteurs dans leur travail). Enfin, la question évidente : que représentait le Salon du Livre de Paris, mais aussi, ceux de province ? « Il n’y a aucune comparaison », « les salons de province sont l’occasion d’associer le travail et le plaisir », « celui d’aller vers des lecteurs qui aiment les livres », « de retrouver des amis ». La Journée du Livre de Sablet, ainsi que le Salon du Livre en Bretagne, à Vannes, sont de magnifiques exemples de lieux où des « retrouvailles chaleureuses entre un auteur et son lectorat » se déroulent régulièrement. « Paris, c’est du travail, c’est une épreuve physique à cause du bruit, de la bousculade, et de l’immensité de l’endroit. De plus, « Il y a des lecteurs passionnés, mais aussi des personnes qui ne viennent pas là pour les livres, mais simplement pour apercevoir une personnalité, obtenir un autographe »…

Un immense merci à Lorraine Fouchet pour sa gentillesse, ainsi que pour ce joli moment passé en sa compagnie. Si vous êtes en Bretagne le 21 et 22 juin prochain, courez à sa rencontre au Salon du Livre de Vannes !

Son site est ICI

 

© Un livre après l’autre

J’ai rendez-vous avec toi – Lorraine Fouchet

J'ai rendez-vous avec toi Lorraine Fouchet

Lorraine Fouchet fait partie des auteurs dont on aime suivre le parcours. Rencontrée il y a plusieurs années à Saint-Malo, revue il y a deux ans à Vannes, j’ai eu le plaisir de la retrouver sur le stand des Editions Héloïse D’Ormesson au Salon du Livre de Paris, elle y présentait son seizième livre,  J’ai rendez-vous avec toi.

 

Un livre plus intime que les précédents. Un récit tout en humour et tendresse, dans lequel une femme « rencontre » son père grâce à la magie de l’écriture. Lorraine Fouchet nous embarque dans un magnifique voyage de 267 pages. Elle y mélange très habilement son histoire personnelle à celle d’un homme au parcours exceptionnel : son père. Christian Fouchet a été le premier à s’engager auprès de Charles De Gaulle, un jour avant l’appel du 18 juin 1940, pour écrire l’Histoire. Les carnets de Christian Fouchet sont des bijoux, ils lui permettent de mieux connaître celui qui a croisé la route de nombreuses personnalités au destin hors du commun : Saint-Exupéry, Alexandra David-Néel, Malraux, mais aussi de découvrir les engagements, les amitiés, nés de ce parcours politique à haut risque, parfois. La romancière livre un témoignage bouleversant, celle de la femme qu’elle est devenue, en conversant avec son père. Son parcours, ses choix, -l’absence de celui qui aurait pu la guider- mais aussi ses erreurs d’enfant, le tout y est raconté avec pudeur. Des phrases qui touchent lorsque l’on sait combien se construire, grandir, peut être difficile et douloureux, sans la présence de son père. Jamais larmoyant, ce tête-à-tête littéraire entre un père et sa fille, mélange l’histoire et l’Histoire, avec beaucoup de subtilité. Un récit touchant, fort, captivant, à lire absolument !

 

Rendez-vous demain…

 

© Les Chroniques de Mlv 30-03-2014

© Un livre après l’autre