Mikado d’enfance – Gilles Rozier

mikado d'enfance gr.jpg

Mikado d’enfance – Gilles Rozier – Éditions de l’Antilope

Extrait :  « Mon enfance était une boîte noire qui gisait au fond de l’océan. Jacques est allé la repêcher. Il m’a tendu les tenailles pour l’ouvrir. »

 

Mikado d’enfance est un texte poignant, car il explore un souvenir oublié, un choc volontairement effacé de la mémoire du narrateur : 40 ans plus tôt, les adultes ont jugé et sanctionné le petit Gilles ainsi que trois de ses camarades, pour avoir envoyé une lettre à caractère antisémite à leur professeur d’anglais.

Un mail d’une connaissance, et le narrateur monte dans une machine à remonter le temps, puisant ça et là des indices, des explications, afin de comprendre pourquoi sa mémoire a volontairement occulté ce choc. De confidences en confidences, Gilles Rozier analyse l’époque, les faits, l’adolescence, cette année charnière avec Vincent, Pierre et Pascale, pour livrer un texte dont personne ne peut ressortir indemne, car l’auteur met en lumière les familles déracinées, les non-dits par pudeur, les traumatismes non réparés.

Avec Mikado d’enfance, Gilles Rozier retrace un parcours bouleversant, celui d’un jeune collégien sanctionné qui va devenir, à l’âge adulte, le spécialiste de la  culture yiddish en France.

Si cela n’est pas encore fait, procurez-vous « Mikado d’enfance », un des livres les plus poignants de cette Rentrée Littéraire.

© Un Livre après l’autre

Extrait : « Qu’ai-je fait les jours suivants ? Quels gestes quotidiens, quelles allées et venues, quelles lectures, quelles conversations familiales ? Je ne suis pas retourné en classe, c’est certain. Mais combien de temps s’est-il passé jusqu’à la convocation au conseil de discipline de quatre enfants de douze ans ? Impossible de me souvenir. Aujourd’hui encore, je n’ose poser la question à mes parents. Je n’ai plus jamais parlé de cette histoire à personne. »

Qui ne se plante pas ne pousse jamais – Sophie Tal Men

9782226439857-j

Qui ne se plante pas ne pousse jamais – Sophie Tal Men – Albin Michel

Lorsque Jacqueline apprend qu’elle est malade, elle décide d’insuffler un nouveau sens à la vie des deux êtres qu’elle aime le plus au monde : Alexandre, ce jeune interne qu’elle a élevé -dont le futur mariage avec Hortense ne semble pas le rendre particulièrement heureux- ainsi que Margaux, sa petite-fille qui se noie dans un tourbillon de voyages,  afin de promouvoir la chocolaterie  familiale  « La vie, c’est comme une boîte de chocolats ».

Cette grand-mère espiègle et émouvante va entraîner les siens dans un véritable jeu de piste ! Du Cap Fréhel à Cuba, en passant par Paris, Jacqueline va offrir un vrai chemin de retour à la vie à ses petits-enfants, alors que l’inévitable se prépare. Sur cette nouvelle route  Sandy -l’assistante de Margaux-  et Raphaël -le cousin de Margaux- auront un rôle à jouer, sans oublier  Nietzche, le whippet de Jacqueline.

Après sa trilogie médicale bretonne, Sophie Tal Men propose avec « Qui ne se plante pas ne pousse jamais », un quatrième roman réjouissant,  à savourer sans hésitation, comme un carré de chocolat du meilleur cru !

© Un Livre après l’autre

 

 

 

Ciao Bella – Serena Giuliano

giuliano

 Ciao Bella – Serena Giuliano – Éditions du Cherche-midi

Extrait : « Je cherche ma nonna du regard. Je cours me mettre à ses côtés. Je glisse mon bras sous le sien. J’ai de nouveau 6 ans. Elle sort son mouchoir en coton de sa poche et me le tend. Alors je ne retiens plus mes larmes. Elles explosent , jaillissent du plus profond de mon être et lavent mon cœur au passage. »

 

Les peurs d’Anna, l’héroïne du roman de Serena Giuliano, décuplent avec sa deuxième grossesse, il faut dire que la première ne s’est pas parfaitement déroulée. Afin de trouver un remède à toutes ses phobies qu’elle ne peut endiguer, elle décide de consulter ; en poussant la porte de « Lizzy »,  elle n’imagine pas à quel point sa vie va changer, jour après jour.

Avec ce journal de bord frais, pétillant, bouleversant, Anna nous emporte dans un tourbillon, celui de ses émotions, qu’elle exprime -parfois- avec autodérision afin de comprendre ses peurs, ses blessures, venues tout droit de cette enfance marquée par des ruptures inexpliquées.

« Ciao Bella » est un premier roman à la plume tendre, chaleureuse, émouvante. En refermant la dernière page, cette histoire donne envie de (re)trouver sa nonna, afin de partager avec elle un petit verre de prosecco, de savourer, également,  certains silences, ceux qui ont le goût du bonheur d’être ensemble.

Avec ce premier roman, ce voyage entre rires et larmes, Serena Giuliano entre dans la catégorie des romancières  à suivre !

© Un Livre après l’autre

FA(M)ILLE – Audrey Dana

dana

Fa(m)ille – Audrey Dana – Édition des Équateurs

« Fa(m)ille » un récit drôle, bouleversant et intime,  de la rencontre entre ses parents -dans un cercle de jeux- aux jours heureux en bord de Marne, jusqu’à la promesse paternelle d’une nouvelle vie à « Maryland »,  Audrey Dana remonte le fil de ses souvenirs d’enfance, ceux-ci vous prennent aux tripes dès les premières pages, vous happent littéralement au cœur de cette famille bancale et attachante.

Entre rires et larmes, les années s’égrènent, « Maryland » ne devient jamais le paradis promis, mais un enfer au quotidien, dans lequel l’adolescente tente d’échapper aux prédateurs et autres oiseaux de mauvais augures vivant sous le toit familial…

Sans jamais tomber dans le pathos, Audrey Dana raconte ses années « en roue libre »,  ce père vénéré -aimant, mais absent- cette mère fantasque et laxiste,  cette Grande Sœur Lumière (seul repère familial),  ses déchirements, ses blessures, son envie d’être comédienne, également ; puisant dans cette enfance singulière, la volonté d’accomplir son rêve, avec ses propres codes.

« Fa(m)ille » est un livre à découvrir absolument, si cela n’est pas déjà fait !

© Un Livre après l’autre