Live Instagram 2021

Pour retrouver les Live Instagram de

Elsa Roch pour «La fureur des mal-aimés».

Laure Manel pour «Le craquant de la nougatine».

Sarah Briand pour «Romy, une longue nuit de silence» ainsi que «Pour l’amour de Beyrouth».

Clélia Renucci pour «La fabrique des souvenirs».

Cliquez ICI

Jeudi 30 septembre 2021

Romy, une longue nuit de silence – Sarah Briand

romy unelonguenuitdesilence sb

Romy une longue nuit de silence – Sarah Briand – Fayard

Après « Simone, éternelle rebelle »,  dans lequel elle racontait le destin de Simone Veil, Sarah Briand continue avec brio son chemin de portraitiste,  grâce à  « Romy, une longue nuit de silence ».  Avec délicatesse, elle ouvre la porte d’un lieu secret, celui où, meurtrie par le dernier drame de sa vie, et l’assaut d’une certaine presse  l’actrice trouva refuge.

20190623_131642.jpg

En ce temps-là, les réseaux sociaux n’existaient pas. Le talent, la beauté, le mystère, suffisaient pour s’imposer au cinéma. Romy Schneider fût l’une de ces Actrices. Magnétique, belle, fragile, marquée au fer rouge par de multiples fêlures, Elle puisa dans ses épreuves personnelles, afin d’offrir aux réalisateurs des interprétations bouleversantes, voire déchirantes.

Au fil des pages, grâce à divers témoignages précieux -dont celui d’Alain Delon- Sarah Briand  retrace le chemin familial, professionnel et intime de l’actrice, née Rosemarie Albach-Retty, à Vienne, dans un environnement où le IIIème Reich avait sa place. Sans voyeurisme, elle explique cette mère toxique, ce beau-père avide d’argent et de gloire, ce père refusant de lui offrir son amour -entre autres.

Le 29 mai 1982, Romy Schneider s’envola à l’âge de 43 ans, laissant derrière elle des cinéphiles inconsolables, des amitiés et des amours sous le choc, sans oublier une petite fille qui a été habilement protégée par son père, lui permettant de devenir une jeune femme dont sa mère serait fière, sans aucun doute.

La chanson d’Hélène ICI

© Un Livre après l’autre

Le mystère Lagerfeld – Laurent Allen-Caron

le mystère lagerfeld lac

Le mystère Lagerfeld – Laurent Allen-Caron – Fayard

Des lunettes noires, un catogan, une marque de luxe. Le monde de la mode était à ses pieds, mais qui était Karl Lagerfeld ? Quel regard, quelles blessures, quelles brûlures  cachait-il derrière ses lunettes ?

Après avoir réalisé le documentaire sur Karl Lagerfeld intitulé  « Être et paraître » pour l’émission « Un jour, un destin »,  Laurent Allen-Caron tisse avec « Le mystère Lagerfeld » le chemin de vie fascinant d’un homme mystérieux, du château de son enfance allemande à son sacre chez Chanel.

Au fil des pages, les personnes ayant côtoyé  Karl Lagerfeld du temps où tout était possible, témoignent du parcours du jeune homme -dont les débuts coïncident avec ceux d’un certain Yves Saint-Laurent. Appartements, château, meubles, livres, le roi de la mode s’offrira tout -revendra, également- mais ne cédera jamais aux sirènes de l’alcool et de la drogue. Sa cam : une célèbre boisson gazeuse américaine, des crayons, des feuilles, afin de dessiner, encore et toujours.

Quelques notes intimes viennent compléter le portrait, comme la relation  entre Karl Lagerfeld et sa mère -dont il s’occupera jusqu’à la fin de sa vie- mais aussi celle de l’amour de sa vie : Jacques de Bascher.

Homme adulé et haï -aussi- Karl Lagerfeld avec son aura dès plus particulière assista en spectateur ( et donateur)  au grand show médiatique que suscitait son art, et sa personne.

Le Kaizer des podiums laisse derrière lui des dessins, des créations révolutionnaires, des collections, ainsi que Choupette, qui doit être bien triste.

© Un Livre après l’autre

Simone éternelle rebelle – Sarah Briand

Simone l'éternelle rebelle - Sarah Briand

De son enfance sous le soleil niçois à son adolescence brisée par la barbarie nazie, à ses combats politiques, Sarah Briand retrace dans ce livre un parcours hors du commun, celui d’une femme déterminée devant la souffrance et les combats : Simone Veil. Si l’Histoire retient la loi qui porte son nom, ainsi que la combativité avec laquelle Simone Veil est entrée dans l’Arène afin de défendre la loi attendue par toutes les femmes en souffrance ; on apprend dans ce récit que les les insultes, l’antisémitisme, le machisme de la classe politique, et autres menaces, ne se sont jamais arrêtées depuis novembre 1974, peu importe le combat choisit.

Ce récit passionnant  fait écho au documentaire portant le même nom, réalisé par l’auteure pour l’émission «Un jour, un destin».

Extraits :

 «Elle qui n’a jamais supporté d’entendre  : «Je comprends ce que vous avez vécu», a désormais peur que le monde oublie.»
«Elle a tout fait pour oublier. Mais cette période est son histoire. Elle ne la chassera jamais, quoi qu’elle fasse».

© Les Chroniques de Mlv – 02-07-2016
© Un livre après l’autre