Pour lui – Peggy Silberling

pour lui

Pour lui – Peggy Silberling -(avec la collaboration de Harold Cobert)  Éditions Stock

Extrait :

« Contre qui souhaitez-vous porter plainte ? »

….

« Contre mon fils ».

Novembre 2015, en plein séisme lié aux attentats du 13 novembre, Peggy Silberling entre dans un commissariat afin de porter plainte contre son fils ; les agressions verbales et physiques commises par l’adolescent se multiplient, sa violence menace de plus en plus sa vie, ainsi que celle de ses proches.

Comment expliquer  la violence d’un adolescent ? Dans ce récit fluide et poignant, Peggy Silberling pose des mots sur les maux de son fils, sur les non-dits, sur les appels à l’aide qu’elle lance à de nombreuses reprises,  sur son propre désarroi, sur cette violence qui s’installe sous son toit mais qu’elle ne peut endiguer. Chapitre après chapitre, l’auteure  remonte le fil de sa vie, de l’enfance à sa vie d’amoureuse, et de jeune maman. Revivre le film de son enfance, c’est aussi témoigner de l’indicible, c’est comprendre la volonté farouche d’une mère qui souhaite donner à son fils tout l’amour et l’écoute dont elle a été privée. Ce témoignage bouleversant, est un hymne d’amour et d’espoir pour ses enfants.

Un livre à lire.

© Un Livre après l’autre

 

Belle-Amie – Harold Cobert

belle amie hc

Belle-amie – Harold Cobert – Les Escales

Voici une lecture que j’attendais avec impatience !

Nous retrouvons Georges Du Roy, homme ambitieux et séducteur,  toujours marié à la riche héritière Suzanne Walter ;  père de deux enfants, il dirige le journal « La Vie française » -dont le propriétaire n’est autre que son beau-père-  « Bel-Ami » ne pense qu’à la prochaine étape de sa vie : entrer à l’Assemblée nationale !  Pour parvenir à ses fins, il continue de se forger une image de « gendre idéal » avec sa « famille idéale », afin de séduire un électorat…

Harold Cobert redonne vie avec panache à l’arriviste Georges Du Roy de Cantel,  le « Bel-Ami » de Guy de Maupassant ; dans les coulisses de cette fin de XIXème siècle, le terrain de jeux de notre « Bel-Ami » est propice aux rencontres entre politiciens, financiers et journalistes,  aux affaires, aux intrigues, afin de parvenir à ses fins. L’avidité du pouvoir amène Georges Du Roy à prendre tous les risques, à tel  point qu’il ne verra pas le piège tendu d’une de maître par un des personnages, se refermer tout doucement sur lui ;  un coup fatal pour Georges Du Roy, une victoire finale délectable, pour celles et ceux souhaitant la perte de cet arrogant séducteur…

« Belle-Amie » est une suite fort bien orchestrée, un vrai régal !

© Un Livre après l’autre