L’américaine – Catherine Bardon

bardon.jpg

L’américaine – Catherine Bardon – Les Escales

« On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. »

Dicton  juif

 

Septembre 1961 : Ruth Rosenheck quitte la République Dominicaine. Elle laisse derrière elle sa mère, dans un pays qui s’embrase. La jeune femme part pour New York, où elle s’installera chez Myriam, la soeur de son père. Des études, un stage, une nouvelle vie s’offre à elle dans une ville inconnue ; une vie à construire, un métier à apprendre (journaliste),  des amours à vivre, des amitiés à nouer, ailleurs, comme ses parents, autrefois -dans d’autres conditions, bien sûr. Un soir, sur le bateau qui l’emporte vers le continent américain, Arturo, un jeune dominicain l’aborde maladroitement ;    « Vous pleurez, mademoiselle ? » brise alors  la solitude de son voyage, de ses questions…

De septembre 1961 à septembre 1966, Catherine Bardon tisse le destin de la fille de Almah et Wilhelm au rythme de la petite et de la grande histoire.  Catherine Bardon offre une histoire captivante, de celle que vous ne lâchez pas, tant que la dernière page n’est pas tournée. Réunissant faits historiques au coeur des sixties et saga familiale,  « L’américaine » ne peut que vous envoûter !

En tournant la dernière page, vous n’aurez qu’une seule envie : plonger dans « Les déracinés », l’histoire des parents de Ruth.

© Un Livre après l’autre

L’Irrésistible Histoire du Café Myrtille – Mary Simses

lirresistiblehistoireducafemyrtille ms

L’Irrésistible Histoire du Café Myrtille – Mary Simses – NiL

La ville de Beacon sert de décor à « L’Irrésistible Histoire du Café Myrtille », et tout commence avec la chute d’Ellen Branford dans l’eau glacé du Maine, à cause d’un ponton vétuste…

Jeune avocate ravissante, fiancée à un homme parfait en passe d’embrasser une carrière politique, Ellen Branford pose ses valises dans la petite ville avec une seule envie : exaucer le dernier voeu de sa grand-mère -remettre une lettre au seul homme que celle-ci n’ait jamais aimé-  puis repartir vers New York , dans sa vie réglée, contrôlée, afin de préparer son avenir auprès de Hayden.

Scènes burlesques, touchantes -parfois- héroïne attachante qui va devenir une célébrité locale avec ses mésaventures, Mary Simses offre avec « L’Irrésistible Histoire du Café Myrtille » un roman  « Feel Good Book » qui se dévore comme les muffins aux myrtilles !

Après cette lecture, vous n’aurez qu’une seule envie, trouver la fameuse maison au ponton…

© Un Livre après l’autre

Un Noël à New York – Anne Perry

51gzYegcYOL

En ce 25 décembre, j’ai choisi de vous conseiller la lecture d’un roman de Anne Perry. Chaque année, la romancière britannique offre par le biais d’une aventure de Noël, un roman dont le personnage principal est en lien avec une de ses séries fétiches. Pour le cru de l’année 2016, j’ai découvert -ce roman est au programme de mon Club de Lecture- une aventure de Noël avec Jemina Pitt, fille du célèbre couple Charlotte et Thomas Pitt ; une jeune femme d’une vingtaine d’années qui lors d’un voyage avec son amie Delphinia Cardew (celle-ci vient à New York afin de se marier) va découvrir que le simple fait d’évoquer la mère de la future mariée, provoque un véritable malaise au sein de la haute société dans laquelle son amie s’apprête à entrer, grâce à son mariage…

L’intrigue réside sur l’absence de la mère de la future mariée, ainsi que sur un cadavre  découvert par l’intrépide Charlotte !

Au final, un roman de fin d’année à découvrir, car la magie de Noël et  l’hiver glacial dans lequel la ville est plongée tout au long de l’histoire, emportent le lecteur dans une lecture charmante, voire désuète.

© Un livre après l’autre – 25 décembre 2017

Mon année Salinger – Joanna Smith Rakoff

Mon année Salinger JSR

Fin des années 1990, Joanna Smith Rakoff a 23 ans, elle intègre une grande agence littéraire. Avec ce premier emploi, elle va apprendre un métier, pénétrer dans un monde où il faut avancer à pas feutrés, en gardant les secrets des uns, en n’empiétant pas sur le territoire des autres -sa patronne, femme de caractère et intransigeante-  lui interdit de parler à J.D. Salinger- et découvrir cet auteur que tout le monde vénère, mais qu’elle n’a jamais lu. Durant ces mois d’apprentissage, Hugh, Max, et Lucy, seront ses alliés.

Ce récit est une pépite au charme désuet, comme l’Agence qui semble figée dans les années 60. Une pépite qui vous fait battre le coeur un peu plus fort, lorsque la future romancière ne cache rien des difficultés de sa vie new-yorkaise, de ses amitiés vacillantes, aux fêtes dans lesquelles Don, son petit ami, l’emmène parfois, où elle y rencontre des jeunes gens désabusés. Le rêve new-yorkais a un prix, pour certain, il est parfois très cher à payer.

Nostalgique et tragique à la fois, ce livre est une jolie balade de laquelle il est difficile de s’arracher. Un récit à découvrir sans tarder !

Extrait :

« Avec mes lectures pour Max et Lucy, la texture de ma vie changea, la trame de mes journées devint de plus en plus complexe et excitante. Beaucoup des romans – car c’étaient des romans, tous – que je rapportais chez moi étaient mauvais, comme Olivia l’avait promis, mais beaucoup d’autres étaient bons, ou presque, ou du moins résonnaient d’une voix étrange et forte, et même si je savais que Max et Lucy ne représenteraient pas leur auteur, j’éprouvais une sorte de frisson à l’idée de prendre part à la création d’un livre, ne serait-ce qu’à la toute fin du processus, à la genèse d’une carrière, d’une vie. Chaque fois que Max et Lucy acceptaient un livre que je recommandais, j’en restais abasourdie pendant des jours. La lecture de manuscrits se situait aux antipodes de la lecture universitaire  : c’était du pur instinct, avec en prime une dose d’émotion et d’intelligence. Est-ce que ce roman fonctionne ? Sinon, est-il possible de le faire fonctionner ? Me captive-t-il ? »

© Les Chroniques de Mlv 11-11-2014

© Un livre après l’autre