J’ai dû vous croiser dans Paris – Fanny Saintenoy

jaiduvouscroiserdansparis

J’ai dû vous croiser dans Paris – Fanny Saintenoy – Éditions Parole

Connaissez-vous l’écriture de Fanny Saintenoy ? Non ? Alors je vous conseille vivement d’acquérir « J’ai dû vous croiser dans Paris », sa dernière actualité.

Après deux premiers romans lumineux ( Juste avant et Les Notes de la mousson ) la romancière livre cette fois-ci un recueil d’une vingtaine de nouvelles bouleversantes,  prouvant une nouvelle fois sa prédisposition à plonger la lectrice/le lecteur dans un vivier d’émotions…

D’une vie brisée à celle en reconstruction, d’un restaurant de quartier à une salle de musée, en passant par un wagon de métro, l’écrivaine tisse un lien invisible avec ces rencontres de hasard, saisissant chaque instant, chaque visage, écoutant ces voix malmenées, nous livrer leurs messages…

Coup de coeur pour la nouvelle intitulée « Au 104″…

© Un Livre après l’autre

 

 

 

37, étoiles filantes – Jérôme Attal

37 étoiles filantes Jérôme Attal

Mon deuxième coup de coeur de cette Rentrée Littéraire est pour « 37, étoiles filantes »,  de Jérôme Attal, sorti le 16 août aux Éditions Robert Laffont !

Ce roman redonne vie à des artistes mythiques, aux modèles, à Paris, aux rivalités entre artistes, aux amitiés, aux amours. Dans ce roman vivant, touchant et actuel, vous croiserez Alberto et  Diego Giacometti, Jean-Paul Sartre ; Isabelle, Suzanne et Julia -entre autres- des femmes énigmatiques, amoureuses, ambitieuses, évoluer dans un Paris joyeux et festif, bien qu’un sombre avenir se prépare.

Le fil rouge de ce roman ? Alberto l’impulsif veut « casser la gueule » à Jean-Paul, l’arrogant. Une phrase, une simple phrase susurrée par une femme,  et voilà Alberto l’artiste, prêt à en découdre avec Jean-Paul, le philosophe.

Ce texte, véritable hommage à la création artistique,  aux monstres sacrés, à Paris  -celle qui pouvait propulser dans la lumière, ou laisser dans l’ombre- est une comédie dès plus truculente, ainsi qu’une très belle valse que je vous invite vivement à danser avec Alberto, Jean-Paul ou Henri-Pierre (ces hommes attachants et agaçants, d’un autre temps) au son d’une chanson hommage à Paris  -pour moi, c’était celle-ci.

© Un Livre après l’autre