La fabrique des souvenirs – Clélia Renucci

La fabrique des souvenirs – Clélia Renucci – Éditions Albin Michel

Extrait page 18 :

«Celui ou celle qui met ses souvenirs aux enchères n’en perd ni la jouissance, ni la mémoire. L’acquéreur peut revivre le souvenir aussi souvent qu’il le souhaite, mais ne peut en modifier le cours. Il est impossible d’intervenir sur le déroulé des événements. MemoryProject se réserve le droit de refuser un souvenir jugé choquant».

Bienvenue dans un monde où le marché des souvenirs bat son plein ! Concerts, avant-premières, expositions, vernissage, chacun est désormais libre de vendre ou d’acheter quelques grammes de mémoire, afin de ne rien manquer. Une aubaine pour celles et ceux qui souhaitent remonter le temps, pour les chercheurs, les anonymes, mais également pour Gabriel, un jeune homme amateur de théâtre. Gabriel travaille pour Radio Académie, une station confidentielle de l’Institut de France. Au hasard d’une vente aux enchères, il tombe sur un souvenir inestimable, celui de la première de Phèdre, mise en scène par Jean-Louis Barrault à la Comédie-Française en 1942. Le jeune homme s’emporte…et gagne le lot ! À peine de retour, il s’installe confortablement, pose le casque de réalité virtuelle dédié à la lecture des souvenirs, et part en 1942… Il est bientôt attiré par la nuque d’une femme assise au premier rang du balcon. Il s’agit d’Oriane Devancière, grande violoncelliste. Pendant près d’un an, Gabriel part à la recherche du moindre indice, afin de savoir ce qu’est devenue celle dont il est tombé amoureux à un siècle de distance. De Paris à New York en passant par l’Italie, c’est le destin d’une jeune artiste, d’une femme, d’une mère -sous l’occupation- qui se dessine peu à peu sous les yeux de Gabriel.

Quel roman ! Un véritable coup de cœur pour cette histoire, ces personnages, les destins qui se croisent, l’espoir également, avec certaines destinées (Pierre et Adélaïde -entre autres). Comment ne pas avoir envie d’être amie avec Gabriel, Édouard, Antoine, Sara… sans oublier Rose, de l’autre côté de l’Atlantique ! Comment ne pas espérer qu’un lien particulier unisse deux d’entre eux (non, je ne vous dirai pas lesquels).

À la fin de votre lecture, certes, vous reviendrez dans notre monde où il n’est pas (encore) possible d’acheter ou de vendre ses souvenirs sous la forme de MemoryProject, mais vous aurez sans aucun doute une envie folle : celle de (re)lire Phèdre !

Deux ans après « Concours pour le paradis » qui avait été couronné par plusieurs prix, Clélia Renucci livre avec «La fabrique des souvenirs» une histoire futuriste foisonnante et captivante, dans laquelle les Arts, l’amitié, l’amour, la transmission et le devoir de mémoire sont mis en avant.

Un roman sélectionné dans cette rentrée littéraire, si vous ne connaissez pas encore la plume de Clélia Renucci, je ne peux que vous conseiller de lire «La fabrique des souvenirs».

30 août 2021