Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana Gustawsson

Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana Gustawsson – Éditions Calmann-Lévy Noir

Lac-Clarence, Québec, 2002. L’inspectrice Maxine Grant est appelée sur une scène de crime. L’ancienne institutrice du village, Pauline Caron, a massacré son mari à coups de couteau.

1899, à Paris, chaperonnée par sa cousine, épiée par sa belle-mère, la jeune Lucienne Lelanger ne se remet pas de la perte de ses deux petites filles, dans un incendie. C’est en intégrant une société secrète adepte du spiritisme et de magie noire, qu’elle espère trouver des réponses, ainsi que la trace des ses enfants.

Lac-Clarence, Québec, 1949. Réprimandée pour sa conduite, la jeune Lina doit rejoindre sa mère sur son lieu de travail, dès sa sortie de l’école. Au cœur de la Mad House, elle va rencontrer une étrange patiente…

J’ai toujours eu un faible pour les récits à plusieurs voix, que celles-ci soient celles d’un personnage ou d’une époque. Quels liens existent-ils entre Maxine, mère dépassée d’une adolescente en pleine crise, la jeune Lina qui est la bouc-émissaire de certaines écolières, dont elle ne sait comment échapper, ainsi que Lucienne, une jeune femme vivant à Paris, qui semble s’ennuyer dans un mariage arrangé, la naissance de deux petites filles n’ayant en aucun cas rapprochés les deux époux. Comment ces trois époques, ces trois destins, peuvent-ils être reliés par un fil commun ? Avec «Te tenir la main pendant que tout brûle», Johana Gustawsson répond avec brio et fluidité à ces questions. Je ne peux rien vous dévoiler, ni vous donner d’indices, mais ne peux que vous conseiller ce roman impossible à reposer, avant d’en connaître les dernières lignes !

La romancière signe une histoire glaçante, celle de trois femmes face à la maternité, le désir, l’adversité, dans des climats familiaux hostiles. «Te tenir la main pendant que tout brûle» est un thriller psychologique avec lequel vous ressentirez mille émotions. Le froid québécois ne sera en aucun cas le seul responsable de vos frissons et autres grelottements…

Lundi 8 novembre 2021

Ce qui se dit la nuit – Elsa Roch

cequiseditlanuit er
Ce qui se dit la nuit – Elsa Roch – Le Livre de Poche

Amaury Marsac, flic quadragénaire, est né sous la plume d’Elsa Roch avec ce premier roman «Ce qui se dit la nuit». Dans cette enquête très sombre, où les rues et les maisons d’un village abritent des jalousies, des souffrances, des vies simples, des douleurs indicibles, Marsac est chez lui, car c’est dans cet endroit où tout le monde se connaît, se soutient, s’épie -aussi- que ce flic cassé -brisé par sa dernière enquête- vient chercher le repos. Le crime de Marianne Touret va réveiller ses réflexes de flic, d’autant plus qu’il connaissait bien cette septuagénaire ;  le temps de cette première enquête, il va replonger  le replonger dans ses émotions d’enfance, et le rapprocher d’Elsa, son amour de jeunesse…

Après la découverte de «Oublier nos promesses» d’Elsa Roch, grâce au Prix Infiniment Quiberon, j’ai souhaité percer le secret du commissaire Marsac en lisant cette première enquête, une lecture en apnée, dans laquelle la romancière tisse une enquête dès plus captivante ! Marsac livre peu à peu ses secrets, et devient un flic sur lequel il faut  désormais compter. Vivement sa prochaine enquête !

Extrait

– J’ai entendu dire que la défunte était aussi d’une remarquable intelligence.

– Je confirme.

– Et ces deux êtres ont engendré des monstres…

– Mais peut-être ne s’hérite-t-elle pas, lieutenant. L’intelligence. Peut-être se conquiert-elle. Comme tout le reste.

© Un Livre après l’autre