Le baiser de l’Ogre – Elsa Roch

le baiser de l ogre er

Le baiser de l’Ogre – Elsa Roch – Calmann Levy

Après  Oublier nos promesses, couronné en 2018 par le Prix Infiniment Quiberon et le prix Bloody Fleury, Elsa Roch revient le 9 octobre prochain (mercredi) avec Le baiser de l’Ogre, une troisième aventure pour le chef de groupe Amaury Marsac.

En pleine nuit, celui-ci est contacté par sa jeune équipière Lise Brugguer. À son arrivée, il découvre la jeune femme entre la vie et la mort, face à elle, un cadavre d’homme. Avant de sombrer sous la douleur, la jeune femme ne lui donne aucunes explications sur sa présence dans ce hall d’immeuble du VIème arrondissement, mais le supplie de protéger sa petite fille de trois ans qui serait en danger…

Choqué et en colère devant les risques pris par la jeune femme, Amaury Marsac se lance d’une part dans une enquête dès plus ardue, car Lise refuse de coopérer -sa vie professionnelle et privée étant scindées, afin que rien ne puisse filtrer- mais aussi dans la protection de Liv, une petite fille avec ses propres codes. Dans cette enquête dès plus douloureuse pour toute la brigade, il lui faut également essayer de sauver la cohésion de son groupe, et protéger le secret de Lise…

Elsa Roch conte avec beaucoup d’humanité les drames d’une enfance brisée, d’une vie à reconstruire. Le baiser de l’ogre est un excellent cru, une histoire dans laquelle Aumaury Marsac et Lise Brugguer vont apprendre à collaborer, afin d’envoyer l’ogre en enfer. Au final, un roman dans lequel on aimerait se glisser, afin de venir en aide à Marsac et son équipe, et protéger Miss Butterfly.

Mentions spéciales pour les personnages de Marc Rimbault et Juliette.

© Un Livre après l’autre

Les Guerres intérieures – Valérie Tong Cuong

les guerres interieures.jpeg

Valérie Tong Cuong – Les Guerres intérieures – Editions Jean-Claude Lattès

« Par amour » de Valérie Tong Cuong était une de mes plus belles découvertes littéraires de l’année 2017.

Son nouveau roman « Les Guerres intérieures » est dans mon top 3 de cette Rentrée Littéraire d’automne, car une fois de plus, la plume de la romancière nous emporte dans une histoire puissante, poignante. Cette histoire, c’est celle de Pax Monnier, un acteur dont le parcours est une succession d’échecs, d’espoirs et d’heure de gloire -désormais employé chez Théa & Cie. Le rêve semble ENFIN à porter de mains lorsque Sveberg –LE réalisateur adulé par le monde entier- souhaite le rencontrer pour un (petit) rôle. Sa vie va prendre une autre tournure -il en est certain- plongé dans ses rêves de gloire, de destin modifié, il ignore encore que sa vie va effectivement basculer ce jour-là, ainsi que quelques mois plus tard, lorsqu’il va croiser  Emi Shimizu par le biais de Théa & Cie ; car cette histoire est également celle de cette femme dévouée, discrète, cette statue de marbre, meurtrie à jamais.

Ce roman bouleversant parle de cas de conscience, de lâcheté, de culpabilité, de violence gratuite. Du chemin de Pax Monnier indissociable de celui de Emi Shimizu, depuis un 23 septembre fatidique. Les confidences de l’un auront des répercussions sur la vie de ces deux êtres, et de leur entourage, à jamais.

UN roman COUP de COEUR, assurément !

© Un Livre après l’autre

 

Extraits :

« La protéger, c’est la trahir »

« C’est la vérité. Elle sait construire les forteresses, les barrages, les digues, mais ignore comment libérer les trop-pleins. »

 

« c

« La

Pour lui – Peggy Silberling

pour lui

Pour lui – Peggy Silberling -(avec la collaboration de Harold Cobert)  Éditions Stock

Extrait :

« Contre qui souhaitez-vous porter plainte ? »

….

« Contre mon fils ».

Novembre 2015, en plein séisme lié aux attentats du 13 novembre, Peggy Silberling entre dans un commissariat afin de porter plainte contre son fils ; les agressions verbales et physiques commises par l’adolescent se multiplient, sa violence menace de plus en plus sa vie, ainsi que celle de ses proches.

Comment expliquer  la violence d’un adolescent ? Dans ce récit fluide et poignant, Peggy Silberling pose des mots sur les maux de son fils, sur les non-dits, sur les appels à l’aide qu’elle lance à de nombreuses reprises,  sur son propre désarroi, sur cette violence qui s’installe sous son toit mais qu’elle ne peut endiguer. Chapitre après chapitre, l’auteure  remonte le fil de sa vie, de l’enfance à sa vie d’amoureuse, et de jeune maman. Revivre le film de son enfance, c’est aussi témoigner de l’indicible, c’est comprendre la volonté farouche d’une mère qui souhaite donner à son fils tout l’amour et l’écoute dont elle a été privée. Ce témoignage bouleversant, est un hymne d’amour et d’espoir pour ses enfants.

Un livre à lire.

© Un Livre après l’autre

 

Ciao Bella – Serena Giuliano

giuliano

 Ciao Bella – Serena Giuliano – Éditions du Cherche-midi

Extrait : « Je cherche ma nonna du regard. Je cours me mettre à ses côtés. Je glisse mon bras sous le sien. J’ai de nouveau 6 ans. Elle sort son mouchoir en coton de sa poche et me le tend. Alors je ne retiens plus mes larmes. Elles explosent , jaillissent du plus profond de mon être et lavent mon cœur au passage. »

 

Les peurs d’Anna, l’héroïne du roman de Serena Giuliano, décuplent avec sa deuxième grossesse, il faut dire que la première ne s’est pas parfaitement déroulée. Afin de trouver un remède à toutes ses phobies qu’elle ne peut endiguer, elle décide de consulter ; en poussant la porte de « Lizzy »,  elle n’imagine pas à quel point sa vie va changer, jour après jour.

Avec ce journal de bord frais, pétillant, bouleversant, Anna nous emporte dans un tourbillon, celui de ses émotions, qu’elle exprime -parfois- avec autodérision afin de comprendre ses peurs, ses blessures, venues tout droit de cette enfance marquée par des ruptures inexpliquées.

« Ciao Bella » est un premier roman à la plume tendre, chaleureuse, émouvante. En refermant la dernière page, cette histoire donne envie de (re)trouver sa nonna, afin de partager avec elle un petit verre de prosecco, de savourer, également,  certains silences, ceux qui ont le goût du bonheur d’être ensemble.

Avec ce premier roman, ce voyage entre rires et larmes, Serena Giuliano entre dans la catégorie des romancières  à suivre !

© Un Livre après l’autre

FA(M)ILLE – Audrey Dana

dana

Fa(m)ille – Audrey Dana – Édition des Équateurs

« Fa(m)ille » un récit drôle, bouleversant et intime,  de la rencontre entre ses parents -dans un cercle de jeux- aux jours heureux en bord de Marne, jusqu’à la promesse paternelle d’une nouvelle vie à « Maryland »,  Audrey Dana remonte le fil de ses souvenirs d’enfance, ceux-ci vous prennent aux tripes dès les premières pages, vous happent littéralement au cœur de cette famille bancale et attachante.

Entre rires et larmes, les années s’égrènent, « Maryland » ne devient jamais le paradis promis, mais un enfer au quotidien, dans lequel l’adolescente tente d’échapper aux prédateurs et autres oiseaux de mauvais augures vivant sous le toit familial…

Sans jamais tomber dans le pathos, Audrey Dana raconte ses années « en roue libre »,  ce père vénéré -aimant, mais absent- cette mère fantasque et laxiste,  cette Grande Sœur Lumière (seul repère familial),  ses déchirements, ses blessures, son envie d’être comédienne, également ; puisant dans cette enfance singulière, la volonté d’accomplir son rêve, avec ses propres codes.

« Fa(m)ille » est un livre à découvrir absolument, si cela n’est pas déjà fait !

© Un Livre après l’autre

 

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

changer l'eau des fleurs vp

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin – Albin Michel

Dans ce roman, Valérie Perrin conte le destin de Violette Trenet, une jeune fille née sous X. Quelques années plus tard, Violette a épousé Philippe Toussaint. Celui-ci s’avère être violent, volage et fainéant. Face aux fugues régulières de son époux, celle-ci ne se plaint pas, et travaille jusqu’à épuisement…

 

Lire «Changer l’eau des fleurs» de Valérie Perrin, c’est être happé par des mots, «Je m’appelle Violette Toussaint. J’ai été garde-barrière, maintenant, je suis garde-cimetière». C’est partir à la rencontre de Violette, de sa profession, de ces multiples histoires familiales dont elle peut témoigner, de son destin.  C’est ouvrir les journaux intimes de ses voisins, découvrir des vies aux multiples nuances dans lesquelles bonheurs et sacrifices se côtoient. C’est ouvrir les volets d’un cabanon à Sormiou, nager dans des eaux cristallines,  tomber en amitié avec Célia et Sasha -Deux êtres porteurs de vie et d’espoir- c’est craquer pour Léonine,  espérer un chemin plus doux pour Violette, pleurer avec elle, boire du porto avec elle, jardiner avec elle, caresser tutti-frutti, et lorsqu’un messager toque à la porte de Violette afin de comprendre l’histoire d’Irène et Gabriel, c’est regarder le soleil se lever…

«Changer l’eau des fleurs» est un roman merveilleux !

Partez à la rencontre de Violette, si cela n’est pas encore fait !

© Un Livre après l’autre